samedi 1 mai 2010

1er Mai : 9 000 manifestant-e-s en Loire Atlantique

A l'appel de l'intersyndicale CGT, CFDT, FSU, Solidaires et UNSA, 9 000 manifestant-e-s ont participé aux quatre manifestations du 1er mai organisées à Nantes (plus de 5000 manifestant-e-s), Saint Nazaire (près de 3000), Châteaubriant (200) et Ligné (300).

A Saint Nazaire, le cortège était ouvert par les salariés de Bobcat Pontchâteau en lutte contre un plan de licenciements qui touche 130 des 300 salariés. A Ligné, le rassemblement était organisé en soutien aux salariés de la SAH Leduc également en butte à un plan de 137 licenciements.

Nous vous invitons à lire ci-dessous l'intervention du représentant de Solidaires au rassemblement de Saint Nazaire. 

Bonjour, camarades, bonjour Saint-Nazaire!


Ce 1er mai étant la journée internationale de lutte des salariés et peuples du monde, cinq organisations syndicales (CFDT, CGT, FSU, SOLIDAIRES, UNSA) ont appelé les salariés et l’ensemble de la population à manifester massivement dans l'unité.

Parce que l’année 2010 s’annonce comme l’année de tous les dangers les cinq organisations ont définit des axes prioritaires revendicatifs portés sur l’emploi, les conditions de travail, le pouvoir d’achat, l’avenir des retraites.


Permettez d’en rajouter, la défense des services publics.


Avant de passer la parole aux orateurs des organisations syndicales je salue les militants de la paix et des droits des peuples, les femmes et les hommes animateurs des associations et des réseaux de solidarité qui se sont joints à cette manifestation.



Information :


Une vente de muguet est organisée ce 1er mai pour alimenter une cagnotte en soutien aux salariés de Bobcat ; elle se fait durant ce rassemblement.


Les camarades de la CFDT, CGT, FSU, UNSA ce sont adressés à vous chacun leur tour pour dire et exprimer vos préoccupations et celles de le la majorité de français.


Mais, camarades, je suis mandaté pour vous dire :


Que : Les attaques contre les salariés qu'ils soient du public ou du privé, contre la majorité de la population n'ont jamais été aussi brutales ces dernières années.


Que : Partout en France de milliers de travailleurs sont sacrifiés sur l’Autel de la finance.


Que : Partout en France la discrimination à l’encontre des chômeurs et des classes défavorisées s’accentue de jour en jour.


Que : Les pauvres sont de plus en plus pauvres.


Que : A part quelques milliers de nantis, personne n'échappe à des mesures régressives.


Que : Les résistances s'organisent.


Que : De nombreux conflits sociaux ont éclaté ces dernières semaines et tous expriment un ras le bol face à la dégradation continue de leur situation sociale.


Que : Des milliers de milliards d’argent public, notre argent, ont été déversés, sans discuter, pour sauver les banques et les actionnaires.


Que : Les patrons et les actionnaires se sont gavés de dividendes, de cadeaux fiscaux de toutes sortes, de rémunérations démentielles avec, à la clef, des fortunes qui dépassent la raison.


Que : Pour répondre aux besoins de la grande majorité de Français le gouvernement annonce que les caisses sont vides.

C’est pourquoi, pour l’Union syndicale SOLIDAIRES ce premier mai doit être le préambule à une mobilisation interprofessionnelle d’une grande ampleur sans précédent avant l'été.


C’est à eux de payer leur crise.


Camarades,


De nouvelles régressions sociales sont annoncées par le président de la république et son gouvernement : le dossier des retraites.


Ils veulent en finir avec le droit à la retraite à 60 ans et allonger encore les durées de cotisations pour obtenir une retraite à taux plein.


“On vit plus vieux, il faut travailler plus longtemps”. Cette rengaine est régulièrement avancée pour justifier l’allongement de la durée de cotisation et le report de l’âge de départ à la retraite.


Camarades,


Des solutions existent pour sortir de leur piège et leur imposer nos exigences sociales. Mais elles supposent un affrontement avec le patronat et le gouvernement.


Plus que jamais, la mobilisation est à l’ordre du jour !


- Pour assurer le droit au travail pour tous.


- Pour empêcher les plans sociaux, les licenciements, la précarité (sous-traitance, contrats à durée déterminée, temps partiel imposé, entreprise de travail temporaire ...).


- Pour des droits sociaux harmonisés par le haut : salaires, pensions de retraite, indemnités de chômage, minima sociaux …


- Pour défendre et développer les services publics, accessibles à tous: santé, éducation, culture, dépendance, transports, eau, énergie…


- Pour la réduction du temps de travail sans perte de salaire, l’abaissement de l’âge de la retraite.


- Pour que les ressources et la richesse soient distribuées de façon équitable et solidaire.


Camarades,


Que dire sur le scandale de la dette publique des pays européens ?


Pour rassurer les marchés financiers, il faut réduire les déficits publics. Ainsi depuis des mois les attaques spéculatives contre les pays les plus endettés se multiplient : la Grèce, mais probablement l’Espagne, le Portugal, voire l’Italie et la France.


Ce 1er mai je le dédie aux camarades des pays d’Europe en lutte contre les ravages du libéralisme et du capitalisme, ce système "capitalo-carcéral" géant dont nous voulons sortir et aller tous ensembles vers une Europe solidaire




Pas besoin d’avoir des années d’expérience syndicale pour savoir :


Que c’est dans la rue qu’on a gagné nos droits et nos acquis sociaux


Qu’on est plus fort quand nous sommes nombreux et unis dans la lutte


Qu’on est plus forts pour revendiquer et négocier quand on construit un rapport de force et quand on prépare les conditions d’un affrontement victorieux.


Alors à quand la grève générale ?


- pour imposer un autre choix de société


- pour exiger un autre partage des richesses?


- pour mettre hors d’état de nuire les grandes féodalités économiques dont les échecs successifs ne sont plus à démontrer.


Pour conclure ces prises de parole, Chers camarades,


Nous n'avons qu'une force : c’est celle de notre nombre dans la rue.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire