jeudi 8 décembre 2011

Le projet d'aéroport à Notre Dame des Landes, c'est la disparition programmée de 600 emplois agricoles !


NON A LA LIQUIDATION DES TERRES AGRICOLES DU BASSIN LAITIER DE NOTRE DAME DES LANDES !

Les terres agricoles sont l’outil de travail de plusieurs centaines de salarié-e-s agricoles (fermes, coopératives, usines de transformation et de conditionnement…). Ces terres nourricières, travaillées depuis des siècles, doivent poursuivre leur vocation : nourrir les populations alentour. Pourtant, d’année en année, cet outil se réduit. La Loire Atlantique est dans le peloton de tête de la stérilisation des terres agricoles : 16% des terres du département sont déjà bétonnées.
2000 hectares de ces terres agricoles seraient massacrés si le projet d’aéroport se concrétisait.


NON AUX 600 SUPPRESSIONS D’EMPLOI !

2000 hectares en moins dans le bassin laitier de Notre Dame des Landes ce sont 600 emplois qui disparaissent. Autour d’un exploitant agricole se greffent six emplois : ouvrières et ouvriers de fermes et de CUMA, de l'industrie laitière, d'entretien-vente de machine-outils, vétérinaires, etc... 100 exploitant-es disparaîtraient avec ce projet. 6x100 = 600.
Ces 600 emplois sont utiles. L'aéroport, non.

vendredi 2 décembre 2011

Avertissement au ministre : appel à la grève des personnels enseignants d’éducation et d’orientation le 15 décembre ! -Appel commun FNEC-FP FO, FSU, UNSA éducation, CGTeduc, SUD, SNALC-FGAF, de Loire Atlantique


Les sujets de désaccords et de mécontentements sont aujourd’hui très nombreux dans l’Education nationale : suppressions massives de postes, dégradation des conditions de scolarisation des élèves, conditions de travail de plus en plus difficiles pour l’ensemble des personnels… autant de mesures qui ne sont pas au service de la réussite de tous. Le gouvernement refuse de pratiquer un dialogue social digne de ce nom.


Le ministre de l’Éducation nationale veut imposer dès la rentrée 2012 une modification en profondeur des modalités d’évaluation des personnels d’enseignement, d’éducation et d’orientation. Les projets de textes, finalisés avant même toute concertation, prévoient :


• le gel des promotions programmé ;
• la progression de carrière aux seules mains du supérieur hiérarchique

Appel commun CFDT, CGT, FSU, Solidaires, UNSA Loire Atlantique à manifester le 13 décembre prochain 11h30 à Nantes et Saint Nazaire


Les organisations syndicales CFDT, CGT, FSU, Solidaires, UNSA, dénoncent fermement les plans d’austérité et de rigueur décidés et imposés par le gouvernement. L’austérité en France et en Europe n’est pas la solution à la crise. Au contraire, elle risque d’entraîner la récession. Le gouvernement décide de mesures dans le domaine social sans rencontrer ni entendre les organisations syndicales. Il fait porter les efforts sur les salariés, ce qui creuse les inégalités et plonge des milliers de familles dans les difficultés sociales.


Après la taxe sur les complémentaires, les déremboursements, l’instauration de forfaits et franchises, les ponctions sur le budget de l’assurance maladie, la diminution des prestations sociales, l’augmentation prévue de la TVA de 5,5% à 7%, le gouvernement s’en prend aux salariés malades, potentiellement « fraudeurs » et « responsables des déficits publics ». L’instauration d’un jour dit de « carence » (sanctionnant l’arrêt maladie !) dans la fonction publique, et le dégrèvement des indemnités journalières prévu pour le privé (au-dessus de deux fois le SMIC) témoignent d’une politique sociale qui, au nom d’une fausse équité, cherche à opposer les salariés les uns aux autres.Les organisations syndicales CFDT, CGT, FSU, Solidaires, UNSA décident d’agir ensemble pour s’opposer à ces mesures et obtenir d’autres solutions. Avec un appel commun, elles s’adressent aux salariés pour interpeller le gouvernement, les élus et les responsables d’entreprises dans la période du 1er au 15 décembre.

vendredi 18 novembre 2011

L’Union Syndicale Solidaires 44 dénonce et s’insurge contre les dernières mesures d’austérité prises par le gouvernement Sarkozy et notamment les 4 jours de carence pour les travailleur-se-s du Privé.


L’acharnement de ce gouvernement contre les salariés est insupportable. Cette mesure, soi-disant contre la fraude sociale est une insulte pour le monde du travail Public et Privé. Le gouvernement ne prend aucune mesure forte de taxation du capital ou de lutte contre la fraude fiscale, mais s’empare d’un argument fallacieux pour encore grever le pouvoir d’achat des salarié-es.


Nous ne pouvons pas cautionner cette injustice qui relance l’opposition Public / Privé et culpabilise les malades déjà fragilisés.


L’Union Syndicale Solidaires 44 mettra tout en œuvre pour mettre un coup d’arrêt aux plans d’austérité qui se succèdent et n’ont qu’un seul but : faire payer au prix fort la « crise » par les salarié-es, les chômeurs, les chômeuses, les jeunes et les retraité-es.

lundi 7 novembre 2011

De l'austérité, encore de l'austérité, toujours de l'austérité ! Unité d'action syndicale contre les plans d'austérité !


Le G20 n’a évidemment rien réglé, les gouvernements et les institutions européennes persévèrent dans leur politique d’austérité en soumettant les peuples aux diktats des marchés financiers.


Après des décennies d’appauvrissement des Etats à coups de cadeaux fiscaux aux classes aisées et aux multinationales, après des décennies de dérèglementation financière extorquant toujours plus les richesses produites par les salarié-es, après des décennies de mise à bas des droits sociaux, la crise s’est installée et les politiques des gouvernements européens alimentent la spirale récessive.


Afin de satisfaire les marchés financiers, le ton volontairement alarmiste de M. Fillon ne vise qu’à dissimuler la véritable teneur de ce deuxième plan d’austérité en deux mois, c’est-à-dire faire payer la crise à la majorité de la population, sans prendre des mesures structurelles.


L’injustice sociale envers les classes populaires s’accentue : économie sur les dépenses de santé, relèvement du taux de TVA à 7%, hors produits dits de première nécessité, non prise en compte de l’inflation pour l’établissement des barèmes de l’impôt sur le revenu, des prestations familiales et des aides au logement, avancement à 2017 du relèvement de l’âge légal de la retraite à 62 ans.


La sauvegarde des intérêts des classes dominantes continue : mini taxation provisoire sur les grandes entreprises, absence de mesures fortes de taxation du capital, d’abrogation massive des niches fiscales ou encore de lutte contre la fraude fiscale.

vendredi 28 octobre 2011

Fiscalité : les idées fausses du Président de la République



Lors de son intervention télévisée du jeudi 27 octobre, Nicolas Sarkozy a annoncé un durcissement de sa politique de rigueur. S’il est resté flou sur ses intentions en matière de fiscalité, ses propos ont été marqués par de nombreuses erreurs et idées fausses. C’est d’autant plus inquiétant que cela veut dire que ces idées fausses, sur lesquels nous revenons ici, continuent à structurer les choix politiques.

Non, les Français ne travaillent pas « pour l’État » du 1er janvier au 1er juillet !


En déclarant que les français travaillaient pour l’État du 1er janvier au 1er juillet, Nicolas Sarkozy reprend une idée reçue véhiculée par de nombreux courants d’inspiration poujadistes qui suggèrent que les dépenses publiques, financées notamment par les impôts et les cotisations sociales, disparaissent dans un trou noir et sont par nature économiquement inefficaces. Ce faisant, il commet une double erreur :

mercredi 26 octobre 2011

L'Union Syndicale Solidaires a rejoint la Coordination des opposants au projet d'aéroport à Notre Dame des Landes.


La construction de cet aéroport toucherait autant le monde du travail sur place que dans les villes avoisinantes. L'idée fausse selon laquelle des emplois pérennes y seraient créés doit être dénoncée et combattue. Quant au danger que représente le survol de la ville de Nantes, il n'est pas plus imminent que dans la plupart des aéroports du monde ; en tout cas beaucoup moins menaçant que la ceinture d'usines qui entourent la ville. En plus, des alternatives existent comme la réorientation de la piste existante qui permettrait d'éviter le survol de Nantes. Alternative dont l'étude n'a pas été menée par le Conseil Général. Il y a urgence.


Le projet d'aéroport à Notre Dame des Landes a déjà abouti à la privatisation totale de l'aéroport Nantes Atlantique, concédé par le gouvernement et pour 50 ans à la multinationale Vinci. Il ne répond pas à une demande populaire et pèsera longtemps sur les finances locales (impôts, gel d'autres projets...). Il ne correspond ni à un besoin, ni à une amélioration de nos conditions de vie ou de transport. Au contraire : le prix du carburant, la pollution et la très relative utilité de l'avion pour les personnes et les marchandises (Qui prend l'avion ? Pour quoi faire ? Faut-il vraiment faire venir des fraises de Chine à Noël?), tout nous pousse à penser que les hectares protégés de Notre Dame des Landes répondront mieux à nos besoins futurs en restant zone agricole, prête à pratiquer une agriculture biologique, proche de Nantes et qui mette fin au surcoût du transport qui pèse sur nos choix alimentaires et, donc, notre santé.


L'Union Syndicale SOLIDAIRES 44 appelle les travailleuses et travailleurs du département à participer à toutes les mobilisations contre le projet d'aéroport à Notre Dame des Landes.

mardi 11 octobre 2011

11 octobre en Loire Atlantique : plus de 10 000 manifestant-e-s dans les rues d'Ancenis, Châteaubriant , Nantes et Saint Nazaire. Un autre partage des richesses, c'est la seule réponse alternative légitime.


- 200 manifestant-e-s à Ancenis, avec une importante délégation de postier-e-s en grève.
- 200 également à Châteaubriant, où, après les prises de paroles de Solidaires, CFDT et CGT, un message de soutien aux 95 salariés de la FOCAST, fonderie castelbriantaise, menacée de liquidation
- entre 3000 et 4000 à Saint Nazaire
- près de 7000 enfin à Nantes,
la journée intersyndicale de mobilisation appelée unitairement par CGT, CFDT, FSU, UNSA et Solidaires aura permis une première expression du refus du plan d'austérité du gouvernement Sarkozy-Fillon. Mais il faudra taper plus fort pour contraindre gouvernement et patronat à reculer et à satisfaire les priorités sociales. C'est ce qu'ont affirmé les quatre porte-parole de Solidaires dans chacun des rasssemblements.

Nous vous invitons à lire ci-dessous l'intervention prononcée à Ancenis :

vendredi 7 octobre 2011

Pourquoi sommes-nous là ! Lettre ouverte aux passants distribuée par les syndicalistes de SUD Santé-Sociaux des établissements privés non lucratif


Madame, Monsieur,
Nous travaillons aujourd’hui dans des établissements privés non lucratif : hôpitaux, centre accueillant des adultes ou enfants handicapés, Maison de retraite, EHPAD (établissement hospitalier pour personnes âgées dépendantes)....


Nous intervenons auprès des personnes malades, âgées, des jeunes, des familles en difficultés. Ce que l’on appelle généralement des soignants, des travailleurs sociaux, sans oublier tous les autres corps de métiers nécessaires au fonctionnement de nos institutions, personnels administratifs, logistiques, de rééducation, techniques….


Aujourd’hui, ces établissements gérés par des associations ou des mutuelles sont financés par la Sécurité Sociale et/ou la solidarité départementale (conseils généraux). Depuis, quelques années, on assiste à une baisse de nos budgets.
De plus, à cause, notamment, de la loi HPST (hôpital, patients, santé, territoire), dite loi Bachelot, le gouvernement veut ouvrir ces activités sanitaires, médico-sociales et sociales au secteur marchand (privé lucratif).

mercredi 5 octobre 2011

7ème jour de Grève illimitée au centre courrier de Saint Etienne de Montluc depuis le 28 septembre dernier


Les facteurs et factrices du centre courrier de St Etienne de Montluc, en grève illimitée depuis le 28 septembre à l’appel de SUD, CGT, FO et CFDT, ont encore reconduit à 95% leur mouvement ce mardi. Le courrier des communes de St Etienne, Vigneux/La Paquelais, Cordemais et Le Temple n’a pas été distribué.


Les postiers se battent pour défendre leurs emplois et la qualité de service et dénoncent :
- la suppression de 2 positions de travail (back office) et la perte de 2 ’tournées lettre’ sur 17 de facteurs titulaires, alors que la population a augmenté de 10%.
- la dégradation croissante de leurs conditions de travail et les tournées qui s’allongent encore
- la disparition de la qualité du service public rendu à la population

Perte d’autonomie et Pouvoir d’achat - Les retraités manifesteront le 6 octobre 2011


Les organisations syndicales de retraités, réunies le 4 octobre 2011, appellent les retraités à participer massivement aux manifestations qui se dérouleront le jeudi 6 octobre 2011


Une manifestation aura lieu à : NANTES - 10 h 30 - Place de Bretagne et à SAINT-NAZAIRE - 10 h - Parking du Théâtre (rue Henri Gautier)
Les organisations syndicales de retraités condamnent la décision gouvernementale de reporter à 2012 la réforme du financement de la perte d'autonomie. Elles rappellent la nécessité de créer une prestation universelle de compensation de la perte d'autonomie quel que soit l'âge, prise en charge par la solidarité nationale, dans le cadre de la sécurité sociale.


Des mesures urgentes doivent être prises pour aider à financer l'APA (allocation personnalisée d'autonomie), aider certains services d'aide à domicile, et diminuer le reste à charge des familles.

lundi 26 septembre 2011

Mardi 11 octobre, toutes et tous dans la rue à Nantes, Saint Nazaire, Ancenis et Châteaubriant - Appel départemental CGT, CFDT, FSU, UNSA, Solidaires


Le gouvernement a annoncé le 24 août des mesures censées réduire « le déficit de la France ». Les organisations syndicales CGT, CFDT, UNSA, FSU, Solidaires en dénoncent le caractère injuste et inéquitable. La facture est principalement supportée par les salariés et les consommateurs. Le gouvernement ne remet pas en cause les niches fiscales dont on sait qu’elles n’ont aucune efficacité économique et sociale. La contribution des plus hauts revenus reste symbolique et n’est pas de nature à réduire les inégalités.
Pour relancer la croissance, en respectant les impératifs de développement durable, réduire les inégalités et maîtriser les déficits, une politique visant une autre répartition des richesses et favorisant le développement économique et social est incontournable.

Cela suppose des réformes structurelles importantes comme une réforme globale de la fiscalité intégrant une plus grande progressivité, une politique industrielle coordonnée au niveau européen, des services publics de qualité.

mardi 13 septembre 2011

Ne payons pas leurs dettes !


Le gouvernement a décidé un nouveau plan de rigueur. La recette est connue : faire payer les travailleurs/ses, les chômeurs/ses, les jeunes, les retraité-e-s, … pour protéger les patrons, les actionnaires, les banquiers. Il s’agit de trouver une solution pour que le système économique et politique soit maintenu ; pourtant, là est le problème de fond : le capitalisme induit les inégalités, le pillage des richesses collectives par une minorité, la destruction de la planète, etc. Le marché n’est pas une force extra-naturelle contre laquelle on ne peut rien, c’est un des outils créés par celles et ceux qui profitent du système et pillent la majorité des Humains et de la Terre !

L’endettement public enrichit les principaux détenteurs de capitaux : la dette publique actuelle est le résultat très direct d’une fiscalité injuste. Le déficit du budget de l’Etat n’est pas dû à une augmentation des dépenses publiques : elles sont, en pourcentage du Produit Intérieur Brut, au niveau de 1980.

lundi 5 septembre 2011

Journée nationale interprofessionnelle mardi 11 octobre - Appel commun CGT, CFDT, UNSA, FSU, Solidaires



Le gouvernement a annoncé le 24 août des mesures censées réduire « le déficit de la France ». Les organisations syndicales CGT, CFDT, UNSA, FSU, Solidaires en dénoncent le caractère injuste et inéquitable. La facture est principalement supportée par les salariés et les consommateurs. Le gouvernement ne remet pas en cause les niches fiscales dont on sait qu’elles n’ont aucune efficacité économique et sociale. La contribution des plus hauts revenus reste symbolique et n’est pas de nature à réduire les inégalités . Pour relancer la croissance, en respectant les impératifs de développement durable, réduire les inégalités et maîtriser les déficits, une politique visant une autre répartition des richesses et favorisant le développement économique et social est incontournable. Cela suppose des réformes structurelles importantes comme une réforme globale de la fiscalité intégrant une plus grande progressivité, une politique industrielle coordonnée au niveau européen, des services publics de qualité.

Cela appelle aussi des mesures urgentes :

jeudi 25 août 2011

Contre l’austérité, une seule réponse : la mobilisation interprofessionnelle !


Le Premier ministre, François Fillon, a dévoilé son plan de « réduction des déficits publics ». Il l’a présenté comme un plan visant à l’équité… Alors qu’il s’agit seulement de rassurer les marchés financiers et de conforter la triple notation « AAA », notre « trésor national », comme dit Alain Minc, proche conseiller de Nicolas Sarkozy ! Or, l’accroissement de la dette publique est le produit des cadeaux fiscaux faits aux ménages les plus aisés et aux entreprises, en particulier les plus grandes, ainsi que le résultat des mesures prises pour juguler la crise financière et la récession qui s’en est suivie, crise dont la population n’est absolument pas responsable !


L’équité aurait conduit à changer d’orientation en matière de politique économique, à tourner le dos à une politique fiscale de plus en plus injuste, aux exonérations fiscales et sociales qui profitent à la minorité la plus favorisée de ce pays, les actionnaires, les rentiers, les patrons… Il n’en est rien : ce plan de rigueur touchera essentiellement la majorité de la population tant par les mesures annoncées que par les réductions de dépenses publiques prévues !

vendredi 5 août 2011

Transfert du CHU sur l'Ile de Nantes : privatisation déguisée ?


Il faut resituer le transfert du CHU sur l’Ile de Nantes dans le contexte plus général de la mise en œuvre de la loi Hôpital, Patient, Santé et Territoire (HPST) et de la Loi de Financement de la Sécurité Sociale (LFSS). La loi HPST est largement contestée par la majorité des organisations syndicales de médecins et de salariés car elle remet en cause la démocratie sanitaire. L’un de ses objectifs est la privatisation du service public.


La loi LFSS, elle, encadre les dépenses hospitalières. Le taux d’augmentation des dépenses, est tous les ans, inférieur au besoin de financement. Ainsi en 2011, la hausse des dépenses de santé devra être contenue à 2.9%, contre 3% en 2010. Déjà, une réduction de 450 millions d’euros du budget des hôpitaux est exigée. Pas de quoi nous rassurer, nous, personnels hospitaliers qui savons que lutte contre les déficits signifie suppressions de postes. Nous en faisons ici comme ailleurs les frais depuis plusieurs années. Aussi de notre point de vue, le débat sur le transfert du CHU doit se poser à deux niveaux : sa localisation et sa capacité d’accueil.

jeudi 4 août 2011

Les travailleurs des centres aérés et des colonies de vacances doivent avoir les MÊMES droits que TOUS les travailleurs. Le gouvernement doit respecter la décision de la cour de justice européenne


Par une loi et un décret, le gouvernement a légalisé la pratique fort ancienne et inscrite dans la convention collective de l’animation socio-culturelle de ne payer les moniteurs de colonie de vacances que 2 fois le smic horaire par jour, soit 18 euros brut, sans que soit au demeurant limitée la durée de travail. Et fait, selon ces dispositions légales et réglementaires, ces jeunes travailleurs sont donc au travail ou en astreinte, 24 heures sur 24.


Allant bien au-delà de ce qui fut présenté devant le Parlement comme une simple « sécurisation juridique», ces textes :

- Limitent à 80j par an, le nombre de jours qu’un jeune peut effectuer comme moniteur ou animateur de centre aéré. Le but de cette limitation n’est pas avoué : il s’agit tout simplement d’éviter que ces travailleurs ne se constituent des trimestres valides pour les droits à la retraite, alors que dans le même temps, bien entendu, leur rémunération déjà dérisoire, se voient imputée des cotisations afférentes : comment ne pas parler de vol ?

mercredi 3 août 2011

Urgence Sociale : du devoir d’état au respect de l’humain - Mardi 2 août 2011, grève nationale de tous les salariés de l’urgence sociale



Pour 2011 la baisse des budgets pourra être de 25% à l’inverse des besoins, qui eux, explosent. Déjà des CHRS ont mis la clef sous la porte, comme celui de la Clarté à Alençon, laissant principalement des femmes et des familles sans solution d’hébergement. L’Etat se décharge ainsi de la prise en charge de ces familles sur les conseils généraux dans le cadre de leurs missions de protection de l’enfance. Il est aussi demandé aux structures d’hébergement d’urgence de mettre en place des critères de sélection des personnes en détresse remettant ainsi en cause le principe d’accueil inconditionnel et de continuité des prises en charge fixées par la loi. Les professionnels réagissent De nombreuses actions à Nantes, à Paris, à Lyon, à Toulouse, à Lille, à Alençon entre autres dénoncent bien sûr la dégradation des conditions de travail, l’augmentation de la précarité mais surtout leur impossibilité d’assurer un accueil décent et d’assurer un véritable accompagnement social respectueux des personnes et de leurs besoins. Cela ne passe pas par la mise en place de SIAO, outils informatiques, chargés de ficher les demandeurs, de réguler et fluidifier les files d’attente, au mépris des projets d’établissements.

lundi 4 juillet 2011

Alerte :le gou­ver­ne­ment veut encore bais­ser les pen­sions !


Après la con­tre-réforme illé­gi­time de 2010 repous­sant l'âge de départ de 2 ans, le gou­ver­ne­ment uti­lise le Con­seil d'Orien­ta­tion des Retrai­tes (COR) pour pas­ser le nom­bre d'années de coti­sa­tions à 41 ans et demi. Dans un pre­mier temps, il l'appli­que­rait au privé, puis le géné­ra­li­se­rait aux fonc­tion­nai­res et enfin aux régi­mes spé­ciaux, aux dates com­pa­ti­bles avec les con­tre-réfor­mes de 2003 et 2007/2008.


Pour­tant, les sta­tis­ti­ques et pré­vi­sions du même COR indi­quent que la durée réelle moyenne de coti­sa­tion est de 37,5 ans aujourd’hui, aug­men­tera à 38,75 ans en 2020, puis bais­sera pro­gres­si­ve­ment à 37 ans en 2035 et au-delà. Le gou­ver­ne­ment a déjà baissé les pen­sions en allon­geant la durée de coti­sa­tion à 40 ans, puis 41, puis 41 et un tri­mes­tre. En annon­çant une durée à 41 ans et demi, le gou­ver­ne­ment impose une nou­velle aus­té­rité aux retraité-e-s, qui vont subir une dou­ble peine : faire valoir les droits à la retraite 2 ans plus tard et tou­cher une pen­sion moin­dre. Autre­ment dit, « travailler plus pour gagner moins ».

L’Union syn­di­cale Soli­dai­res dénonce ce nou­veau coup de l’été con­tre les futurs retraité-e-s, appelle l'ensem­ble des sala­rié-e-s et leurs orga­ni­sa­tions syn­di­ca­les, à cons­truire les con­di­tions de nou­vel­les mobi­li­sa­tions inter­pro­fes­sion­nel­les. Nous récla­mons une durée de coti­sa­tion cor­res­pon­dant à la moyenne cons­ta­tée aujourd'hui et pré­vue pour demain, 37,5 ans, et l'aban­don de la dou­ble peine que repré­sente la décote.

lundi 20 juin 2011

Notre Dame des Landes 8, 9 et 10 juillet : un choix agricole, un choix de société - Résistance au projet de nouvel aéroport !


Le projet de nouvel aéroport à Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique) engloutirait 2000 hectares de terres aujourd'hui largement dédiées à l'agriculture. En lieu et place d'une zone bocagère d'élevage laitier (12 millions de litres de lait par an, aux portes de Nantes) s'étendraient pistes, parking et quatre-voies.

La société est de plus en plus demandeuse d'une agriculture locale de qualité. Les AMAP (Associations pour le Maintien de l'Agriculture Paysanne) se développent. Les promoteurs du projet eux-mêmes le reconnaissent puisqu'ils communiquent sur un projet d'AMAP à destination des salariés, à deux ans du démarrage prévisionnel des travaux, dans un bel effort de green-wasching.

mardi 14 juin 2011

5ème congrès national de Solidaires - L'appel


Le 5e congrès de l’Union syndicale Solidaires , tenu à Villefranche-sur-Saône les 7, 8 et 9 juin 2011, s’est conclu par l’adoption de l’appel ci-dessous.

- Le rapport d’activité présenté par le secrétariat national sortant a été validé par 93 % des mandats.
- Les six résolutions d’orientation ont confirmé les très larges convergences existantes entre les organisations qui composent Solidaires ; elles ont été adoptées à plus de 90%.
- Un nouveau secrétariat de dix membres a été élu, avec 40 % de de femmes. Annick Coupé reste déléguée générale.

L'Appel

Patronat, actionnaires et gouvernements s’attaquent frontalement aux travailleurs/ses. L’assaut est d’autant plus rude que la crise du système capitaliste aggrave la situation sociale, dans tous les pays. Dans une logique de « toujours plus », celles et ceux qui prétendent diriger le monde ne cessent de vouloir supprimer les droits conquis par les salarié-e-s au fil des luttes sociales, et de confisquer les richesses. Dans ce contexte, un mouvement syndical fort, unitaire, offensif, indépendant, internationaliste, écologiste et féministe est d’autant plus nécessaire. Salarié-e-s en activité, au chômage, en formation, en retraite, ont des intérêts communs à défendre.

jeudi 19 mai 2011

Marche des Fiertés LGBT 2011 : Nantes samedi 21 mai 14h Place Royale


Des discriminations toujours présentes...


L’homophobie touche tous les espaces de la vie sociale, ce qui la rend d’autant plus importante à combattre. Dans la famille et l’entourage proche, au travail, dans le voisinage, sur le net, dans les médias, à l’école...  Le dernier rapport de SOS homophobie recense nombre de témoignages, éclairants pour la plupart, sur le sort réservé aux « homos » dans notre société. Et cela, même si on peut considérer que des évolutions sont en cours, à l’image de ce dernier sondage où une majorité de français-es sont favorables à l’adoption pour les couples homo. Néanmoins, l’homophobie reste bien ancrée, et surtout, continue à dégrader, moquer, tuer. Il manque des moyens pour des politiques de prévention, il manque encore la volonté de reconnaître les mêmes droits aux personnes « LGBT » (lesbiennes, gaies, bi et trans).

jeudi 12 mai 2011

Amiante : assez de silence, les fonctionnaires doivent faire reconnaître leurs droits - Rassemblement intersyndical mardi 7 juin à 11h30 devant la Préfecture de Nantes


La Loire-Atlantique est un département durement frappé par l’amiante. Des milliers de salariés de la construction et de la réparation navale, de la métallurgie, des ports et docks, et de bien d’autres secteurs ont été, sont ou seront contaminés par l’exposition à l’amiante et paient un lourd tribu aux mensonges des industriels de l’amiante et des gouvernements qui ont couvert son usage jusque 1997. Les règlementations édictées par les pouvoirs publics ignorent totalement l’exposition des fonctionnaires et agents de l’État, comme si ceux-ci échappaient à cette exposition. C’est faux !


L’amiante est présent dans des centaines de bâtiments occupés et entretenus par des personnels hospitaliers, territoriaux, agents de l’État, secteurs publics privatisés. Si l’obstination des fédérations syndicales des Finances a abouti à une cartographie précise des bâtiments amiantés, il est loin d’en être de même dans l’ensemble des administrations et secteurs publics du département. La réglementation prévoit pourtant que chaque site construit avant 1997 doit disposer depuis 2005 d’un document décrivant les matériaux amiantés et leur emplacement. Ce Dossier Technique Amiante (DTA) devrait être accessible à tous ses occupants.

mercredi 11 mai 2011

Fonction Publique : journée unitaire d'action mardi 31 mai


Les organisations syndicales (CFDT - CFTC - CGC - CGT - FO - FSU - SOLIDAIRES - UNSA), réunies ce jour, condamnent la politique d’austérité salariale menée par le gouvernement à l’égard des agents publics. Celle-ci aggrave encore un contexte marqué par les suppressions d’emplois et la dégradation des conditions de travail.  Elles dénoncent l’absence de véritables négociations salariales qui auraient dû permettre a minima le maintien du pouvoir d’achat des agents publics pour 2011 et 2012.  Elles contestent le discours du gouvernement consistant à laisser croire que la Fonction publique connaît de véritables hausses de pouvoir d’achat.  Elles rappellent que le contentieux salarial, qui s’accumule depuis presque 10 ans, constitue pour les fonctionnaires une perte de largement plus de 10 % de rémunération. Elles continuent à demander la mise en oeuvre rapide de mesures de rattrapage.

lundi 2 mai 2011

Le 7 mai : solidarité avec Gaza - Rassemblement sur l'île de Nantes, près de l'Eléphant de 14h à 20h


A Nantes, de nombreuses organisations se mobilisent pour financer l'affrètement d'un bateau français pour Gaza, en préparant une manifestation nautique avec concerts et animation aux couleurs de la Palestine.


A Gaza ils et elles sont 1,5 millions et privés des produits essentiels tels que matériaux de construction, certains médicaments, livres etc. Des citoyens du monde entier alertent l'opinion et organisent une seconde Flottille de la Liberté pour briser le blocus et faire respecter le droit international.

Les Palestiniens de Gaza subissent un blocus particulièrement féroce depuis les bombardements meurtriers de l'armée israélienne lors de l'hiver 2009-2010 (1400 morts palestiniens, 13 israéliens). Ce blocus a été décrété illégal par l'ONU.

1er mai : 3000 manifestant-e-s en Loire Atlantique

2000 à Nantes, 800 à Saint Nazaire, une centaine à Ancenis et à Châteaubriant, malgré les vacances scolaires et la journée du dimanche, les rassemblements du 1er mai en Loire Atlantique, appelés unitairement par CFDT, CGT, FSU, Solidaires et UNSA, ont permis que s'expriment la résistance ouvrière et la solidarité internationale. Nous publions ci-dessous les interventions prononcées par les porte-parole de Solidaires à Ancenis et Châteaubriant :

vendredi 29 avril 2011

CHU Nantes : à SUD, on ne lâche rien !


La mobilisation inédite des cadres soignants du CHU de Nantes permet de tirer quelques analyses et enseignements. Depuis le début du mouvement de l’encadrement, SUD indique que les cadres nous montrent la voie à suivre. Leurs revendications sont justes, il faut élargir la mobilisation et les rejoindre dans l’action !Les cadres remettent en cause la MAPE, les référentiels de gestion de l’absentéisme et des plannings et ses conséquences sur la qualité des soins et les conditions de travail. Comme nous tous, l’encadrement exprime sa souffrance professionnelle et/ou éthique en lien avec la maltraitance institutionnelle que nous inflige la direction, dans le cadre du contrat de retour à l’équilibre.


Pendant le mois de mars, SUD a organisé et mis à disposition des salariés « les mardis revendicatifs » en organisant des AG, invitant à chaque fois les autres syndicats à nous rejoindre. Sans aucun écho de leur part ! A ce moment du mouvement, SUD estime que la direction ne bougera pas davantage sur ce dossier, si nous n’arrivons pas à mobiliser les non-cadres sur l’augmentation des effectifs. Les 40 emplois obtenus (AS et IDE) grâce à la mobilisation de l’encadrement, même s’ils représentent une avancée (ce qui montre qu’il est possible de gagner !) sont insuffisants et ne permettent pas de régler les problèmes posés.

jeudi 28 avril 2011

Au banquet des requins, les peuples se rebiffent ! - Meeting avec Annick Coupé et Thomas Coutrot mardi 10 mai à Nantes


Le G8 réunira les 26 et 27 mai à Deauville les dirigeants des 8 pays les plus riches du monde. Au lendemain de la tempête financière de 2008, ce G8 a maintenu la dictature de la finance qui emprisonne tous les aspects de notre existence : logement, travail, éducation, agriculture, climat, retraites, connaissance, biodiversité...
Les réponses solidaires et démocratiques à la crise mondiale viendront des peuples eux-mêmes, pas des dirigeants des pays les plus riches ! Nous leur refusons le droit d'imposer des plans d'austérité dont ils sont exonérés et qui font payer aux citoyens la crise dont leur capitalisme est responsable.


La planète est bousculée !


Les exemples européens montrent la violence des attaques contre les conditions d’existence des populations. Mais les énormes manifestations à Londres et ailleurs prouvent la volonté des peuples de ne pas se résigner.

vendredi 22 avril 2011

Pour l'amélioration des conditions de travail et la reconnaissance de la pénibilité - appel commun CFDT, CGT, FSU, UNSA et Solidaires pour le 28 avril.


Les aspirations à une juste réparation des conséquences de la pénibilité du travail sur l’espérance de vie font partie des raisons profondes des mobilisations des salariés tant dans le privé que dans le public. De façon plus large, toute souffrance au travail doit être combattue et le travail doit être réhabilité.


L’influence de la pénibilité du travail sur l’espérance de vie a été reconnue par la loi réformant les retraites de 2003 en prévoyant dans son article 12 une négociation au niveau interprofessionnel. Toutes les organisations syndicales ont porté un dispositif permettant à la fois de prévenir les mauvaises conditions de travail et de compenser les effets liés à l’exposition aux pénibilités entre autre, par un départ anticipé.

mercredi 20 avril 2011

Comité de soutien à François LE MENAHEZE dans le cadre de la résistance pédagogique

Historique de l'affaire :

En septembre 2010, François Le Ménahèze, professeur des écoles, directeur de l’école Lucie Aubrac à Saint-Lumine de Clisson (44) et formateur associé à l'IUFM des Pays de La Loire, reçoit un courrier de Monsieur l'Inspecteur d’Académie de la Loire Atlantique, l’informant de sa non reconduction sur son poste de formateur associé à l’IUFM de Nantes (poste qu’il occupe depuis une dizaine d’années) compte tenu de sa « manière de servir ». Il n’a en effet pas fait remonter les résultats des évaluations nationales CM2 de l’année scolaire précédente. Après plusieurs audiences et de nombreux courriers (dont un « courrier de loyauté » exigé par l'Inspecteur d'Académie et… refusé par ce même Inspecteur d’Académie pour non-conformité à l’obéissance aux instructions officielles), malgré de nombreux soutiens et protestations (parents, élus, syndicats, mouvements pédagogiques, université, IUFM, formateurs, étudiants, stagiaires…), l’Inspecteur d'Académie maintient sa décision. Les divers recours déposés par François Le Ménahèze n’y font rien.  

mardi 19 avril 2011

1er mai : manifestations intersyndicales à Nantes, Saint Nazaire, Chateaubriant et Ancenis, 10h30

L'appel Solidaires :
Nous manifesterons ensemble le premier mai, pour
- La solidarité internationale des travailleurs/ses
Patronat et actionnaires sont organisés par delà les frontières, ils et elles ont des institutions internationales qui servent leurs intérêts : Fonds monétaire international, Banque mondiale, Organisation mondiale du commerce,…
Plus que jamais, le syndicalisme doit être internationaliste. Nous soutenons les révoltes des peuples du Maghreb et du Moyen-Orient ; c’est d’autant plus nécessaire que dans chacun de ces pays le camp de la réaction tente de prendre le dessus, de tirer un trait sur les insurrections populaires.
- Refuser les discriminations et la politique de haine
Ministres et autres conseillers du président Sarkozy multiplient les provocations à la haine et au racisme. Le Front national veut surfer sur cette vague pour implanter plus en profondeur ses idées nauséabondes dans la population. Il essaie même d’instrumentaliser le syndicalisme.




Les valeurs défendues par le syndicalisme sont à l’opposé de cette idéologie ; nous combattons l’exclusion, le racisme, le rejet des minorités.

mardi 12 avril 2011

Mobilisation des personnels hospitaliers du C.H. de Saint-Nazaire : rassemblement devant l'Agence Régionale de Santé jeudi 14 avril à 15 heures

Cette mobilisation s’inscrit dans la suite du 7 avril dernier à l’occasion de l’annonce du directeur, aux personnels, d’un plan d’économies drastique appelé le CREF (Contrat de Retour à l’Equilibre Financier). Ce plan de trop, touche directement l’ensemble des personnels : remise en cause du travail à temps partiel à 80%, gel des bonifications d’avancement d’échelon, baisse de la prime de service, gel des remplacements lors des congés d’été, gel de poste à remplacer lors des départs en retraite, etc.

Sud conteste vigoureusement les mauvais coups du directeur qui n’arrêtent pas de s’abattre sur l’hôpital, orchestrés par l’A.R.S. (Agence Régionale de Santé), qui consistent à faire de vraies-fausses économies sur le dos du personnel et de la population (comme la tentative avortée de supprimer un SMUR), mettant en péril la qualité des soins.

lundi 11 avril 2011

Vive la Fête avec ou sans papiers ! Toutes et tous à la Carrière, Saint Herblain, le 30 avril prochain !


Le 30 Avril, veille de la fête du travail, l'intersyndicale -associations CGT-CFDT-SOLIDAIRES-FSU-UNSA- UCIJ (Uni-e-s contre l'immigration jetable), organise un concert à St Herblain ( salle de la Carrière), avec la participation des inter-Ce " Tourisme et Loisirs" et "l'ACENER".
Dès 16 heures, avec à l'affiche Cie Maboul Distorsion (clowns géniaux), Rivari'Cha, Ma Valise et enfin Sergent Garcia, un après-midi de théâtre et de débats suivi, après restauration sur place, d'un concert, cette fête pour la solidarité permettra aux salarié-e-s, aux enfants, et à l'ensemble de la population de s'informer et de débattre sur les perspectives du mouvement de lutte des travailleur-e-s sans-papiers.
Cette fête, ensemble avec ou sans papiers sera une réponse d'autant plus utile que chaque jour nous apporte son lot de petites phrases nauséabondes visant à créer un climat délétère, dressant les un-e-s contre les-autres.

lundi 4 avril 2011

Guéant à Châteaubriant : communiqué commun UL CGT / Solidaires pays de Châteaubriant




M. Guéant n’est pas qu’un ministre parmi d’autres, c’est avant tout l’homme lige du président de la République qui a inspiré directement la politique conduite ces quatre dernières années et qui est déjà en précampagne électoral pour son patron.


Au regard des méfaits de la politique conduite pour le castelbriantais ces quatre dernières années :
- Explosion du chômage et appauvrissement d’un grand nombre d’habitants, actifs, chômeurs et retraités,
- Hôpital n’ayant plus les moyens d’assurer le suivi médical du secteur,
- Suppression du service cartes grises à la Sous-préfecture,
- Écoles et établissements scolaires manquants cruellement d’enseignants,
- Services publics en perpétuelle réorganisation avec suppression de personnel et fermeture de services

Saint Nazaire : appel interprofessionnel à manifester jeudi 7 avril à 14h devant le bâtiment administratif de l'hôpital


Les Unions Locales CFDT / CFTC / CGC-CFE / CGT / FO / FSU / SUD / UNSA soutiennent pleinement les personnels de l’hôpital de Saint-Nazaire qui se mobilisent depuis plusieurs semaines pour la défense du service public de santé dans leur établissement. Les Union Locales de Saint-Nazaire considèrent que leurs revendications sont légitimes et leurs inquiétudes des plus préoccupantes pour l’avenir de l’offre de soins à l’hôpital. Aujourd’hui, il y a nécessité de se mobiliser pour préserver, améliorer le service public hospitalier et refuser le processus de privatisation. Comme pour les autres fonctions publiques, les Unions Locales de Saint-Nazaire dénoncent les processus destructeurs imposés notamment par la révision générale des politiques publiques et la loi HPST.

Pensions et retraites : +2,1% au 1er avril, le compte n’y est pas


Les pensions de base augmentent de 2,1% le 1er avril. Ces 2,1% sont calculés en retenant :

- 1,8% au titre de l’augmentation des pensions 2011correspondant au montant probable de l’inflation pour 2011,
- et 0,3% au titre du rattrapage de 2010, car il n’avait été attribué que 1,2% pour une inflation réelle qui s’est révélée être de 1,5% en 2010.


Les retraites complémentaires Agirc-Arrco, pour plus de 11 millions de retraités du privé, devraient aussi être augmentées de 2,1%.

mercredi 30 mars 2011

Samedi 2 avril : rassemblement 14h30 devant l’Hôtel Dieu de Nantes et pique-nique de 12h à 14h sur le parvis de la Clinique Jules Verne


Le 2 avril, toutes et tous ensemble, pour l’accès aux soins partout, pour toutes et tous ! Arrêtons la casse de la santé !




Après des années d’une politique de réduction des moyens et de réformes successives, la mise en place par la loi Hôpital Patient Santé Territoire (loi BACHELOT) des Agences Régionales de Santé (ARS) accélère la privatisation de notre système de santé. Pour leservice public cela se traduit par des fermetures de services, fusions d’hôpitaux et réductions de personnels...Cela aboutit à de véritables déserts médicaux, dans les secteurs urbains comme à la campagne. La permanence des soins est menacée. Pour les malades et leurs proches, les distances augmentent, avec tous les risques et les coûts supplémentaires que cela comporte. Le nombre de centres de santé, de services de PMI diminue, la médecine scolaire est en voie de disparition, la médecine du travail risque d’être totalement sous le contrôle du patronat… Les maternités de proximité ferment les unes après les autres, et sont remplacées par des usines à bébés.

jeudi 24 mars 2011

Notre santé en danger : usagers, professionnelles de la santé, élues, il est temps de réagir ensemble ! Rassemblement samedi 2 avril 14h30 devant l'Hotel Dieu à Nantes



La santé de chacune et chacun passe par un service public de santé et des soins de qualité et de proximité avec des personnels en nombre et formés. Arrêtons la casse de la santé!


Après des années d’une politique de réduction des moyens et de réformes successives, la mise en place par la loi Hôpital Patient Santé Territoire (loi BACHELOT) des Agences Régionales de Santé (ARS) accélère la privatisation de notre système de santé. Pour le service public cela se traduit par des fermetures de services, fusions d’hôpitaux et réductions de personnels... Cela aboutit à de véritables déserts médicaux, dans les secteurs urbains comme à la campagne. La permanence des soins est menacée. Pour les malades et leurs proches, les distances augmentent, avec tous les risques et les coûts supplémentaires que cela comporte.

mardi 22 mars 2011

La Poste : 29 mars, grève massive, contre les réorganisations permanentes, les suppressions d’emplois, les dérives managériales et les drames qui en découlent.


Nous ne pouvons pas rester sans réaction et laisser la Poste continuer à expliquer dans les médias, malgré les faits, que « tout va bien » que la Poste n’est pas France Télécom…. Il est crucial pour l’avenir des postiers(ères) de faire en sorte qu’à travers cette mobilisation, nous puissions démontrer que le refus de cette politique est porté par l’ensemble des agents de la Poste.  Le 29 mars, nous avons l’occasion de démontrer que la Poste a été trop loin et que nous sommes déterminés à faire cesser cette politique anti-sociale. Profitons de cette mobilisation pour démontrer que la réalité est loin, très loin malheureusement des annonces médiatisées de la direction de la Poste.


Les postiers et le service public sont plus que jamais en danger. Ce ne sont pas moins de 50 000 suppressions d’emplois qui sont prévues avec le plan ambition 2015, déjà 11 700 en 2010 ! Ces suppressions d’emplois, se sont traduites depuis des années par une dégradation des conditions de travail qui ne font qu’augmenter la souffrance au travail !

vendredi 18 mars 2011

Nucléaire : nous voulons avoir le choix ! Rassemblement dimanche 20 mars 15h devant la Préfecture de Nantes

Appel solennel au gouvernement français suite à la catastrophe nucléaire au Japon


Le peuple japonais affronte actuellement une tragédie sans précédent. Une catastrophe naturelle, avec des conséquences humaines, sanitaires et économiques. Et une catastrophe nucléaire majeure.
A ce jour, quatre réacteurs nucléaires ont subi une série d’explosions, et connaissent actuellement de graves difficultés de refroidissement du coeur de chacun de ces réacteurs, partiellement en fusion. Une fusion totale des coeurs, voire une explosion avec une grande quantité de rejets radioactifs, n'est pas à exclure. Malgré une communication d'informations parcellaires ou contradictoires, nous pressentons que nous sommes face à une situation d'une gravité sans précédent.


La situation au Japon est d’ores et déjà alarmante et s’aggrave d'heure en heure. Des centaines de travailleurs japonais sacrifient actuellement leur vie pour tenter d’éviter que le pire ne se produise.

jeudi 17 mars 2011

La préférence nationale n’est pas compatible avec le syndicalisme ! - Déclaration commune CFDT- CGT - FSU - Solidaires - UNSA


La situation sociale est grave : 5 millions de demandeurs d’emploi, 8 millions de français vivant sous le seuil de pauvreté, accroissement de la précarité, conditions de travail dégradées… L’accroissement des inégalités et des injustices mine la cohésion sociale. L’absence de perspectives, un dialogue social insuffisant, provoquent interrogations et désarroi face à l’avenir.


Dans ce contexte, les organisations syndicales, ne peuvent rester indifférentes à l’utilisation de la situation sociale pour promouvoir certaines thèses dans le débat public comme le fait le Front national. La thèse de la préférence nationale est antinomique avec les valeurs fondamentales du syndicalisme. L’exclusion, le rejet de l’autre, le repli de la France sur elle-même et la fermeture des frontières, la désignation de boucs émissaires, la dénonciation de l’immigration comme responsable de tous les maux sont des attitudes qui, l’histoire en témoigne, ne peuvent conduire qu’au pire.

mercredi 16 mars 2011

Catastrophe nucléaire au Japon : communiqué de l’union syndicale Solidaires



Nous tenons à affirmer notre solidarité pleine et entière à la population japonaise et notamment aux salariés des centrales accidentées qui vont payer un lourd tribut à cette catastrophe allant, pour certains, jusqu’au sacrifice.

En France où le lobby pro-nucléaire est particulièrement puissant, le gouvernement se veut rassurant et son ministre de l’Industrie, Éric Besson, n’hésite pas à affirmer qu’il ne s’agit pas d’une catastrophe majeure, prolongeant ainsi une politique de communication basée sur le mensonge, la dénégation de la réalité et le manque de transparence qui a été la règle pendant la catastrophe de Tchernobyl.

Ce nouvel accident majeur démontre que le risque zéro n’existe pas en matière nucléaire, y compris en France, y compris avec l’EPR. Les petits calculs, qui consistent à comparer la faible probabilité du risque et les avantages économiques que le nucléaire est censé apporter, ne tiennent pas compte de la nature du nucléaire qui met en jeu la santé et la vie de populations entières.

Catastrophe nucléaire au Japon : transparence nucléaire, une fois de plus, le compte n’y est pas (par SUD Energie)


À l’heure où nous écrivons ce communiqué, un accident nucléaire majeur est en cours à la centrale de Fukushima. Nous tenons à affirmer notre solidarité pleine et entière à la population japonaise et notamment aux salariés des centrales accidentées dont nous craignons qu’ils payent un lourd tribut à cette catastrophe.


Transparence nucléaire : une fois de plus, le compte n’y est pas :

· Du combustible nucléaire est entré en fusion, puisque du césium a été retrouvé à proximité de la centrale de Fukushima.
· Les vidéos de l’explosion de Fukushima 1 ne laissent pas de doute sur l’existence de rejets conséquents de produits radioactifs.


Pourtant, l’autorité de sureté japonaise continue d’affirmer que cet accident est moins grave que celui de Three Mile Island où il y avait des rejets radioactifs très limités. Et en France, Éric Besson, ministre de l’Industrie, affirme qu’il n’y a pas de catastrophe majeure. Sans doute cherche-t-il à rivaliser avec Michèle Alliot-Marie ou Éric Woerth en matière de communication. Peut-être pense-t-il que la gestion de la catastrophe de Tchernobyl a été un exemple de transparence. Il s’agit pourtant bien là d’une catastrophe à l’échelle mondiale.

lundi 14 mars 2011

Les retraité-e-s dans l'action le 17 mars - rassemblements 10h30 à Nantes et Saint Nazaire


Pouvoir d'achat des retraité-e-s : rien ne va plus ! L'insupportable est atteint !

"On n'y arrive plus! Tout augmente et nos pensions ne suivent pas ".Telle est la réaction de la grande majorité des retraité-e-s, particulièrement des femmes qui ont une pension inférieure de 38% à celle des hommes ( 1426 Euros bruts /mois pour les hommes contre 825 Euros pour les femmes en 2008).


De réforme en réforme, de misérables revalorisations des pensions aux dispositions anti-sociales découlant des plans d'austérité gouvernementaux, les retraité-e-s s'ppauvrissent, comme le reste de la population fragilisée par une précarisation croissante.

mercredi 9 mars 2011

Notre santé en danger : le 2 avril tous dans l'action !

Avec la mise en oeuvre par le gouvernement de la loi HPST-Bachelot-Sarkozy, c'est tout notre service public de santé qui se détériore, tant pour ceux qui en ont besoin que pour ceux qui y travaillent.

Un an après l'installation des Agences Régionales de Santé et de leurs directeurs, véritables préfets sanitaires qui ont des pouvoirs exorbitants, les annonces de fermetures, fusions, restructurations d'hôpitaux, de maternités et d'établissements médico-sociaux se multiplien dans toutes les régions. La mise place de partenariats public/privé transfère au secteur commercial toutes les activités rentables et aggrave les déficits de l'hôpital public.

Pour les personnels, les conséquences sont désastreuses : suppressions d'emplois, mutations autoritaires, précarité accrue. Il faut toujours faire plus avec moins ;
- les plannings de travail sont de moins en moins respectés,
- les horaires chamboulés,
- les rappels à domicile monnaie courante,
- les mobilités imposées.

mardi 8 mars 2011

Le 19 mars mobilisons-nous contre la casse généralisée de l’école publique ! Manifestation samedi 19 mars 14h à Nantes Cours des 50 Otages


Depuis la rentrée de janvier, des mobilisations se sont mises en place à différents niveaux, sur les questions du budget et celles qui en découlent (carte scolaire, dotations horaires…), contre la casse généralisée de l’école publique avec notamment le dispositif ECLAIR , les dispositifs d’évaluations normalisantes et contre la réforme des lycées technologiques.  Avec les parents d’élèves, les associations complémentaires de l’école publique, les mouvements pédagogiques et les syndicats, une nouvelle journée nationale de manifestations aura lieu le 19 mars 2011. La Fédération Sud Éducation appelle à renforcer cette dynamique de construction d’un vaste mouvement social de défense de l’école publique, à la hauteur des attaques qu’elle subit. La Fédération Sud Éducation appelle à renforcer la mobilisation des personnels dans les académies : Assemblées Générales de personnels, d’établissement mais aussi de ville ou de département, actions unitaires avec les parents et les lycéens en direction des Rectorats et des IA … comme nous l’avons déjà fait avec plusieurs organisations.

lundi 7 mars 2011

8 Mars 2011, grève des salariées de l’Espace Simone de Beauvoir de Nantes


Le 8 mars, journée internationale des luttes des femmes, les salariées de l’Espace Simone de Beauvoir, association militante féministe, ont demandé un préavis de grève à l’Union Syndicale Solidaires et à la CGT. Il apparaît aux salariées de l’espace l’impossibilité d’exercer leur mission ce jour là, eu égard à la contradiction profonde existant entre le sens de cette journée symbolique et la réalité des pratiques et des conditions de travail qu’elles subissent et dénoncent depuis des mois, sans qu’aucune évolution favorable n’ait été constatée. Elles rappellent les valeurs défendues par l’association qui « se donne comme priorité la défense des droits des femmes dans tous les domaines ». Elles demandent des réponses à leurs revendications tant sur les salaires, sur le temps de travail que leurs conditions de travail et manifesterons devant l’espace Quai de Versailles à 12 heures ce mardi 8 mars 2011.


L’Union Syndicale Solidaires et la CGT vous invitent à venir les soutenir mardi 8 mars à partir de midi devant l'Espace.

mercredi 2 mars 2011

Négociation Convention UNEDIC : appel pour que la parole des chômeurs et précaires soit enfin entendue


Les partenaires sociaux ont ouvert lundi 24 janvier au siège du Medef des négociations pour renouveler la convention d'assurance chômage (UNEDIC). Les associations de chômeurs sont exclues des débats. C'est inacceptable alors que la moitié les chômeurs et précaires sont désormais en fin de droits (sans aucune indemnités) ou au RSA.


Alors que les chiffres officiels (pourtant minorés) sont à plus de 4 millions de chômeurs, alors que le chômage de longue durée (un an et plus) bat des records, alors que les fins de droits se retrouvent dans un dénuement complet, cette négociation UNEDIC est passée sous silence ou présentée comme un événement anecdotique. Les débats se borneraient à quelques détails techniques et à la question de savoir quels syndicats signeront la décision finale.

lundi 28 février 2011

Solidarité avec les révolutions en cours dans les pays arabes.


                                                                          Le premier ministre Ghannouchi contraint à la démission en Tunisie, Khadafi et son régine aux abois en Libye, Alliot-Marie et Hortefeux victimes co-latérales en France, la marche en avant des révolutions dans les pays arabes se poursuit. Sous la pression des peuples. A Nantes nous étions quelques centaines à manifester vendredi 25 février, tandis que nos amis tunisiens contraignaient, quelques heures plus tard, les autorités tunisiennes à fermer le consulat rue Boileau jusqu'au remplacement du délateur qui le dirigeait. Nous publions ci-dessous leur communiqué :A Nantes nous étions quelques centaines à manifester vendredi 25 février, tandis que nos amis tunisiens contraignaient, quelques heures plus tard, les autorités tunisiennes à fermer le consulat rue Boileau jusqu'au remplacement du délateur qui le dirigeait. Nous publions  leur communiqué :   Un groupe de tunisens de Nantes a occupé aujourd'hui le Local de l' Amical des Tunisens à l'Etranger à Nantes pour demander le départ de l'attaché social Mr Marouane Lakhdar et de l'instituteur d'Arabe, Hedi Zenidi de leur fonction respective et cela pour leur appartenance au systeme du régime déchu. Nous avons été contactés par Mr le Consul de Paris, qui a accepté nos revendications et s'est engagé à nous consulter avant toute autre nomination de fonctionnaires dans la région de Nantes. Nous annonçons notre volonté de créer un conseil local de la Révolution à l'instar des conseils en Tunisie. Nous appelons la communauté tunisienne à l' étranger à nous soutenir dans notre action.


Vive la Révolution et  la Tunisie libre et indépendante.