mercredi 30 mars 2011

Samedi 2 avril : rassemblement 14h30 devant l’Hôtel Dieu de Nantes et pique-nique de 12h à 14h sur le parvis de la Clinique Jules Verne


Le 2 avril, toutes et tous ensemble, pour l’accès aux soins partout, pour toutes et tous ! Arrêtons la casse de la santé !




Après des années d’une politique de réduction des moyens et de réformes successives, la mise en place par la loi Hôpital Patient Santé Territoire (loi BACHELOT) des Agences Régionales de Santé (ARS) accélère la privatisation de notre système de santé. Pour leservice public cela se traduit par des fermetures de services, fusions d’hôpitaux et réductions de personnels...Cela aboutit à de véritables déserts médicaux, dans les secteurs urbains comme à la campagne. La permanence des soins est menacée. Pour les malades et leurs proches, les distances augmentent, avec tous les risques et les coûts supplémentaires que cela comporte. Le nombre de centres de santé, de services de PMI diminue, la médecine scolaire est en voie de disparition, la médecine du travail risque d’être totalement sous le contrôle du patronat… Les maternités de proximité ferment les unes après les autres, et sont remplacées par des usines à bébés.

jeudi 24 mars 2011

Notre santé en danger : usagers, professionnelles de la santé, élues, il est temps de réagir ensemble ! Rassemblement samedi 2 avril 14h30 devant l'Hotel Dieu à Nantes



La santé de chacune et chacun passe par un service public de santé et des soins de qualité et de proximité avec des personnels en nombre et formés. Arrêtons la casse de la santé!


Après des années d’une politique de réduction des moyens et de réformes successives, la mise en place par la loi Hôpital Patient Santé Territoire (loi BACHELOT) des Agences Régionales de Santé (ARS) accélère la privatisation de notre système de santé. Pour le service public cela se traduit par des fermetures de services, fusions d’hôpitaux et réductions de personnels... Cela aboutit à de véritables déserts médicaux, dans les secteurs urbains comme à la campagne. La permanence des soins est menacée. Pour les malades et leurs proches, les distances augmentent, avec tous les risques et les coûts supplémentaires que cela comporte.

mardi 22 mars 2011

La Poste : 29 mars, grève massive, contre les réorganisations permanentes, les suppressions d’emplois, les dérives managériales et les drames qui en découlent.


Nous ne pouvons pas rester sans réaction et laisser la Poste continuer à expliquer dans les médias, malgré les faits, que « tout va bien » que la Poste n’est pas France Télécom…. Il est crucial pour l’avenir des postiers(ères) de faire en sorte qu’à travers cette mobilisation, nous puissions démontrer que le refus de cette politique est porté par l’ensemble des agents de la Poste.  Le 29 mars, nous avons l’occasion de démontrer que la Poste a été trop loin et que nous sommes déterminés à faire cesser cette politique anti-sociale. Profitons de cette mobilisation pour démontrer que la réalité est loin, très loin malheureusement des annonces médiatisées de la direction de la Poste.


Les postiers et le service public sont plus que jamais en danger. Ce ne sont pas moins de 50 000 suppressions d’emplois qui sont prévues avec le plan ambition 2015, déjà 11 700 en 2010 ! Ces suppressions d’emplois, se sont traduites depuis des années par une dégradation des conditions de travail qui ne font qu’augmenter la souffrance au travail !

vendredi 18 mars 2011

Nucléaire : nous voulons avoir le choix ! Rassemblement dimanche 20 mars 15h devant la Préfecture de Nantes

Appel solennel au gouvernement français suite à la catastrophe nucléaire au Japon


Le peuple japonais affronte actuellement une tragédie sans précédent. Une catastrophe naturelle, avec des conséquences humaines, sanitaires et économiques. Et une catastrophe nucléaire majeure.
A ce jour, quatre réacteurs nucléaires ont subi une série d’explosions, et connaissent actuellement de graves difficultés de refroidissement du coeur de chacun de ces réacteurs, partiellement en fusion. Une fusion totale des coeurs, voire une explosion avec une grande quantité de rejets radioactifs, n'est pas à exclure. Malgré une communication d'informations parcellaires ou contradictoires, nous pressentons que nous sommes face à une situation d'une gravité sans précédent.


La situation au Japon est d’ores et déjà alarmante et s’aggrave d'heure en heure. Des centaines de travailleurs japonais sacrifient actuellement leur vie pour tenter d’éviter que le pire ne se produise.

jeudi 17 mars 2011

La préférence nationale n’est pas compatible avec le syndicalisme ! - Déclaration commune CFDT- CGT - FSU - Solidaires - UNSA


La situation sociale est grave : 5 millions de demandeurs d’emploi, 8 millions de français vivant sous le seuil de pauvreté, accroissement de la précarité, conditions de travail dégradées… L’accroissement des inégalités et des injustices mine la cohésion sociale. L’absence de perspectives, un dialogue social insuffisant, provoquent interrogations et désarroi face à l’avenir.


Dans ce contexte, les organisations syndicales, ne peuvent rester indifférentes à l’utilisation de la situation sociale pour promouvoir certaines thèses dans le débat public comme le fait le Front national. La thèse de la préférence nationale est antinomique avec les valeurs fondamentales du syndicalisme. L’exclusion, le rejet de l’autre, le repli de la France sur elle-même et la fermeture des frontières, la désignation de boucs émissaires, la dénonciation de l’immigration comme responsable de tous les maux sont des attitudes qui, l’histoire en témoigne, ne peuvent conduire qu’au pire.

mercredi 16 mars 2011

Catastrophe nucléaire au Japon : communiqué de l’union syndicale Solidaires



Nous tenons à affirmer notre solidarité pleine et entière à la population japonaise et notamment aux salariés des centrales accidentées qui vont payer un lourd tribut à cette catastrophe allant, pour certains, jusqu’au sacrifice.

En France où le lobby pro-nucléaire est particulièrement puissant, le gouvernement se veut rassurant et son ministre de l’Industrie, Éric Besson, n’hésite pas à affirmer qu’il ne s’agit pas d’une catastrophe majeure, prolongeant ainsi une politique de communication basée sur le mensonge, la dénégation de la réalité et le manque de transparence qui a été la règle pendant la catastrophe de Tchernobyl.

Ce nouvel accident majeur démontre que le risque zéro n’existe pas en matière nucléaire, y compris en France, y compris avec l’EPR. Les petits calculs, qui consistent à comparer la faible probabilité du risque et les avantages économiques que le nucléaire est censé apporter, ne tiennent pas compte de la nature du nucléaire qui met en jeu la santé et la vie de populations entières.

Catastrophe nucléaire au Japon : transparence nucléaire, une fois de plus, le compte n’y est pas (par SUD Energie)


À l’heure où nous écrivons ce communiqué, un accident nucléaire majeur est en cours à la centrale de Fukushima. Nous tenons à affirmer notre solidarité pleine et entière à la population japonaise et notamment aux salariés des centrales accidentées dont nous craignons qu’ils payent un lourd tribut à cette catastrophe.


Transparence nucléaire : une fois de plus, le compte n’y est pas :

· Du combustible nucléaire est entré en fusion, puisque du césium a été retrouvé à proximité de la centrale de Fukushima.
· Les vidéos de l’explosion de Fukushima 1 ne laissent pas de doute sur l’existence de rejets conséquents de produits radioactifs.


Pourtant, l’autorité de sureté japonaise continue d’affirmer que cet accident est moins grave que celui de Three Mile Island où il y avait des rejets radioactifs très limités. Et en France, Éric Besson, ministre de l’Industrie, affirme qu’il n’y a pas de catastrophe majeure. Sans doute cherche-t-il à rivaliser avec Michèle Alliot-Marie ou Éric Woerth en matière de communication. Peut-être pense-t-il que la gestion de la catastrophe de Tchernobyl a été un exemple de transparence. Il s’agit pourtant bien là d’une catastrophe à l’échelle mondiale.

lundi 14 mars 2011

Les retraité-e-s dans l'action le 17 mars - rassemblements 10h30 à Nantes et Saint Nazaire


Pouvoir d'achat des retraité-e-s : rien ne va plus ! L'insupportable est atteint !

"On n'y arrive plus! Tout augmente et nos pensions ne suivent pas ".Telle est la réaction de la grande majorité des retraité-e-s, particulièrement des femmes qui ont une pension inférieure de 38% à celle des hommes ( 1426 Euros bruts /mois pour les hommes contre 825 Euros pour les femmes en 2008).


De réforme en réforme, de misérables revalorisations des pensions aux dispositions anti-sociales découlant des plans d'austérité gouvernementaux, les retraité-e-s s'ppauvrissent, comme le reste de la population fragilisée par une précarisation croissante.

mercredi 9 mars 2011

Notre santé en danger : le 2 avril tous dans l'action !

Avec la mise en oeuvre par le gouvernement de la loi HPST-Bachelot-Sarkozy, c'est tout notre service public de santé qui se détériore, tant pour ceux qui en ont besoin que pour ceux qui y travaillent.

Un an après l'installation des Agences Régionales de Santé et de leurs directeurs, véritables préfets sanitaires qui ont des pouvoirs exorbitants, les annonces de fermetures, fusions, restructurations d'hôpitaux, de maternités et d'établissements médico-sociaux se multiplien dans toutes les régions. La mise place de partenariats public/privé transfère au secteur commercial toutes les activités rentables et aggrave les déficits de l'hôpital public.

Pour les personnels, les conséquences sont désastreuses : suppressions d'emplois, mutations autoritaires, précarité accrue. Il faut toujours faire plus avec moins ;
- les plannings de travail sont de moins en moins respectés,
- les horaires chamboulés,
- les rappels à domicile monnaie courante,
- les mobilités imposées.

mardi 8 mars 2011

Le 19 mars mobilisons-nous contre la casse généralisée de l’école publique ! Manifestation samedi 19 mars 14h à Nantes Cours des 50 Otages


Depuis la rentrée de janvier, des mobilisations se sont mises en place à différents niveaux, sur les questions du budget et celles qui en découlent (carte scolaire, dotations horaires…), contre la casse généralisée de l’école publique avec notamment le dispositif ECLAIR , les dispositifs d’évaluations normalisantes et contre la réforme des lycées technologiques.  Avec les parents d’élèves, les associations complémentaires de l’école publique, les mouvements pédagogiques et les syndicats, une nouvelle journée nationale de manifestations aura lieu le 19 mars 2011. La Fédération Sud Éducation appelle à renforcer cette dynamique de construction d’un vaste mouvement social de défense de l’école publique, à la hauteur des attaques qu’elle subit. La Fédération Sud Éducation appelle à renforcer la mobilisation des personnels dans les académies : Assemblées Générales de personnels, d’établissement mais aussi de ville ou de département, actions unitaires avec les parents et les lycéens en direction des Rectorats et des IA … comme nous l’avons déjà fait avec plusieurs organisations.

lundi 7 mars 2011

8 Mars 2011, grève des salariées de l’Espace Simone de Beauvoir de Nantes


Le 8 mars, journée internationale des luttes des femmes, les salariées de l’Espace Simone de Beauvoir, association militante féministe, ont demandé un préavis de grève à l’Union Syndicale Solidaires et à la CGT. Il apparaît aux salariées de l’espace l’impossibilité d’exercer leur mission ce jour là, eu égard à la contradiction profonde existant entre le sens de cette journée symbolique et la réalité des pratiques et des conditions de travail qu’elles subissent et dénoncent depuis des mois, sans qu’aucune évolution favorable n’ait été constatée. Elles rappellent les valeurs défendues par l’association qui « se donne comme priorité la défense des droits des femmes dans tous les domaines ». Elles demandent des réponses à leurs revendications tant sur les salaires, sur le temps de travail que leurs conditions de travail et manifesterons devant l’espace Quai de Versailles à 12 heures ce mardi 8 mars 2011.


L’Union Syndicale Solidaires et la CGT vous invitent à venir les soutenir mardi 8 mars à partir de midi devant l'Espace.

mercredi 2 mars 2011

Négociation Convention UNEDIC : appel pour que la parole des chômeurs et précaires soit enfin entendue


Les partenaires sociaux ont ouvert lundi 24 janvier au siège du Medef des négociations pour renouveler la convention d'assurance chômage (UNEDIC). Les associations de chômeurs sont exclues des débats. C'est inacceptable alors que la moitié les chômeurs et précaires sont désormais en fin de droits (sans aucune indemnités) ou au RSA.


Alors que les chiffres officiels (pourtant minorés) sont à plus de 4 millions de chômeurs, alors que le chômage de longue durée (un an et plus) bat des records, alors que les fins de droits se retrouvent dans un dénuement complet, cette négociation UNEDIC est passée sous silence ou présentée comme un événement anecdotique. Les débats se borneraient à quelques détails techniques et à la question de savoir quels syndicats signeront la décision finale.