mercredi 9 mars 2011

Notre santé en danger : le 2 avril tous dans l'action !

Avec la mise en oeuvre par le gouvernement de la loi HPST-Bachelot-Sarkozy, c'est tout notre service public de santé qui se détériore, tant pour ceux qui en ont besoin que pour ceux qui y travaillent.

Un an après l'installation des Agences Régionales de Santé et de leurs directeurs, véritables préfets sanitaires qui ont des pouvoirs exorbitants, les annonces de fermetures, fusions, restructurations d'hôpitaux, de maternités et d'établissements médico-sociaux se multiplien dans toutes les régions. La mise place de partenariats public/privé transfère au secteur commercial toutes les activités rentables et aggrave les déficits de l'hôpital public.

Pour les personnels, les conséquences sont désastreuses : suppressions d'emplois, mutations autoritaires, précarité accrue. Il faut toujours faire plus avec moins ;
- les plannings de travail sont de moins en moins respectés,
- les horaires chamboulés,
- les rappels à domicile monnaie courante,
- les mobilités imposées.



La notion de production de soins impose des conditions qui font perdre le sens du travail, en particulier pour les soignants. Les directions remettent en cause les accords RTT, imposent des organisations de travail plus " performantes " à flux tendu où les remplacements d'absences ne sont plus assurés, l'auto-remplacement devenant la règle.


Tous les établissements sont touchés, CHU, CHS, hôpitaux généraux ou locaux, maternités, centres de lutte contre le cancer, EHPAD et maisons de retraites, mais aussi les établissements médico-sociaux. Les Agences régionales de Santé imposent à tous des plans d'économie drastiques. L'offre de soins se réduit car chaque restructuration est l'occasion de supprimer des lits, des activités. Cet hiver les urgences ont été souvent débordées car elles deviennent le seul recours d'accès aux soins de la population.


Les statuts et conventions collectives sont menacés :


Dans le public, l'emploi statutaire se réduit et l'utilisation abusive de contractuels se multiplie en lieu et place de personnels titulaires. Les infirmières subissent un odieux chantage : la perte de la catégorie active contre une revalorisation salariale très en-deça de celle espérée. Dans le secteur privé, les organisations patronales remettent en cause les conventions collectives, réduisant les déroulements de carrières, les congés, et introduisent des individualisations de salaires.


PERSONNELS, USAGERS & ÉLUS… IL EST TEMPS DE RÉAGIR ENSEMBLE !


- Pour stopper cette spirale infernale de dégradation des conditions de travail et d'emplois dans les établissements sanitaires et médico-sociaux qu'ils soient publics ou privés,
- pour défendre, promouvoir et construire démocratiquement un système de santé public, solidaire, pour toutes et tous, 24H sur 24, sur tout le territoire.


Face à la gravité de la situation, pour la première fois, plusieurs dizaines d'organisations syndicales, associatives, politiques, collectifs de défense se sont rassemblées pour lancer un appel à la population et aux professionnels pour se mobiliser contre la politique sanitaire du gouvernement mise en place par le biais des Agences Régionales de Santé. Elles appellent dés maintenant à : une journée nationale d'action unitaire touchant toutes les régions le samedi 2 avril 2011 pour le droit à la santé en direction des Agences Régionales de Santé.


Usagers, salariés tous unis !


Cette initiative est le résultat d'un long travail en commun de toutes celles et ceux qui considèrent que la défense de la santé n'est pas le seul apanage des professionnels du soin mais qu'au contraire cette question concerne toute la population.


La loi Bachelot destructrice de notre système de santé !


Public, privé, les luttes se multiplient dans la santé et le social pour les salaires, les conditions de travail, contre les restructurations, les regroupements, les fusions, les fermetures de service, pour la défense des conventions collectives et du statut, contre l'existence des ordres professionnels !


Il est temps de regrouper les luttes éparses, d'agir tous ensemble plutôt que chacun dans son coin, d'agir unis plutôt que divisé, SUD le propose à toutes et tous, ce n'est que du bon sens. LE 2 AVRIL 2011 en est l'occasion pour démarrer une campagne nationale de défense et de reconquête de nos droits.


USAGERS ET SALARIES DU PRIVE ET DU PUBLIC DEFENDONS LA SANTE, DEFENDONS L'ACTION SOCIALE !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire