lundi 20 juin 2011

Notre Dame des Landes 8, 9 et 10 juillet : un choix agricole, un choix de société - Résistance au projet de nouvel aéroport !


Le projet de nouvel aéroport à Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique) engloutirait 2000 hectares de terres aujourd'hui largement dédiées à l'agriculture. En lieu et place d'une zone bocagère d'élevage laitier (12 millions de litres de lait par an, aux portes de Nantes) s'étendraient pistes, parking et quatre-voies.

La société est de plus en plus demandeuse d'une agriculture locale de qualité. Les AMAP (Associations pour le Maintien de l'Agriculture Paysanne) se développent. Les promoteurs du projet eux-mêmes le reconnaissent puisqu'ils communiquent sur un projet d'AMAP à destination des salariés, à deux ans du démarrage prévisionnel des travaux, dans un bel effort de green-wasching.



Les grandes villes dépendent de plus en plus de sources alimentaires délocalisées. Des régions européennes et dans le monde se spécialisent dans une agriculture industrielle à destination de marchés lointains. Le réchauffement climatique et la crise énergétique qui se profilent remettent en cause dangereusement ce modèle. Les populations doivent décider de politiques agricoles européenne et locale qui permettent de repenser la production alimentaire et de rapprocher les zones de production des zones de consommation. Et cela à leur profit et non pas à celui des groupes agro-alimentaires mondialisés.A cette urgence, les promoteurs du projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes répondent par plus de capacité de transport longue distance.



Le développement économique qu'ils promettent commencera par la destruction de 47 exploitations agricoles, d'une centaine d'emplois directs et de 600 emplois indirects, alors que l'agriculture peut redevenir une source d'emplois pour l'avenir.


16,5% des terres de Loire-Atlantique sont déjà bétonnées et l'artificialisation y progresse plus vite qu'ailleurs. Accélérer ce mouvement, comme les dirigeants socialistes du Grand Ouest l’ont choisi, est tout bonnement irresponsable.


Le rassemblement des 8, 9 et 10 juillet 2011 sur les terres de Notre-Dame-des-Landes permettra d’affirmer l’opposition à ce projet d’un autre siècle et à promouvoir d’autres choix de société, une société consciente de la richesse de notre agriculture locale.


Collectif national de lutte contre le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes
__________________________________________________________________________

Notre Dame des Landes, un choix climatique, un choix de société : Résistance au projet de nouvel aéroport !



Le projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes est né dans les années 60 avec la perspective de 5 à 9 millions de passagers en 2000. Mais en 2010, l'aéroport de Nantes en compte moins de 3 millions ! Le projet relancé dans les années 2000 vise maintenant 9 millions de passagers en 2050.


Le transport aérien représente 2 à 3% des émissions de gaz à effet de serre dans le monde. Vouloir augmenter de 6 millions le nombre de passagers, c'est vouloir émettre 300 000 tonnes de gaz à effet de serre de plus par an (50 kg de gaz à effet de serre par passagers, sur la base d'un vol de 500 km).


Bétonner 2000 hectares de prairies, c'est détruire un puits de carbone : les prairies ont un effet positif sur les émissions de gaz à effet de serre, en emmagasinant du carbone dans les sols. Ce ne sont pas les toits végétalisés de l'aérogare qui compenseront cette destruction !


Le Groupement International d'Expert sur le Climat (GIEC) préconise une baisse des émissions de gaz à effet de serre de 40% en 2050 par rapport à 1990 pour éviter un changement climatique dramatique pour nos sociétés. Dans le même temps, les dirigeants PS du grand ouest s'obstinent à défendre un projet à contre courant de la direction que doit prendre notre société.


Des plans d'action concrets pour diminuer nos émissions tout en préservant notre qualité de vie sont en cours de construction, notamment autour des groupes Virage Energie Climat ou des zones en Transition. Ce sont ces initiatives qui sont à soutenir. Le véritable progrès est la réponse aux grands défis de ce siècle et non pas la promotion de projets destructeurs et démesurés.


Le rassemblement national des 8, 9 et 10 juillet 2011 sur les terres de Notre-Dame-des-Landes permettra de mettre l'accent sur les alternatives qui permettront à nos sociétés de garantir un environnement vivable pour les générations futures, et sera un moment fort vers l'abandon du projet aberrant de nouvel aéroport.


Collectif national de lutte contre le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire