lundi 4 juillet 2011

Alerte :le gou­ver­ne­ment veut encore bais­ser les pen­sions !


Après la con­tre-réforme illé­gi­time de 2010 repous­sant l'âge de départ de 2 ans, le gou­ver­ne­ment uti­lise le Con­seil d'Orien­ta­tion des Retrai­tes (COR) pour pas­ser le nom­bre d'années de coti­sa­tions à 41 ans et demi. Dans un pre­mier temps, il l'appli­que­rait au privé, puis le géné­ra­li­se­rait aux fonc­tion­nai­res et enfin aux régi­mes spé­ciaux, aux dates com­pa­ti­bles avec les con­tre-réfor­mes de 2003 et 2007/2008.


Pour­tant, les sta­tis­ti­ques et pré­vi­sions du même COR indi­quent que la durée réelle moyenne de coti­sa­tion est de 37,5 ans aujourd’hui, aug­men­tera à 38,75 ans en 2020, puis bais­sera pro­gres­si­ve­ment à 37 ans en 2035 et au-delà. Le gou­ver­ne­ment a déjà baissé les pen­sions en allon­geant la durée de coti­sa­tion à 40 ans, puis 41, puis 41 et un tri­mes­tre. En annon­çant une durée à 41 ans et demi, le gou­ver­ne­ment impose une nou­velle aus­té­rité aux retraité-e-s, qui vont subir une dou­ble peine : faire valoir les droits à la retraite 2 ans plus tard et tou­cher une pen­sion moin­dre. Autre­ment dit, « travailler plus pour gagner moins ».

L’Union syn­di­cale Soli­dai­res dénonce ce nou­veau coup de l’été con­tre les futurs retraité-e-s, appelle l'ensem­ble des sala­rié-e-s et leurs orga­ni­sa­tions syn­di­ca­les, à cons­truire les con­di­tions de nou­vel­les mobi­li­sa­tions inter­pro­fes­sion­nel­les. Nous récla­mons une durée de coti­sa­tion cor­res­pon­dant à la moyenne cons­ta­tée aujourd'hui et pré­vue pour demain, 37,5 ans, et l'aban­don de la dou­ble peine que repré­sente la décote.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire