lundi 30 avril 2012

Plus de 500 emplois seraient supprimés ! Projet d’aéroport d’AGO Vinci à Notre Dame des Landes : lourdes menaces sur l’emploi, par la Confédération Paysanne et l'Union syndicale Solidaires de Loire Atlantique



- La disparition de 100 emplois directs sur une cinquantaine d’exploitations agricoles.

- 400 à 500 emplois indirects compromis par la création de cette nouvelle infrastructure (en agriculture, chaque emploi direct génère 4 à 5 emplois indirects : salarié-es de coopératives, entrepreneur-es de travaux agricoles, filières de collectes et de transformation des produits, réseaux d’entraide, vétérinaires, etc.).


Emplois précaires pour la construction. On nous annonce 4 000 emplois pendant 3 ans pour la construction de l’aéroport ; les grands groupes de BTP préférant embaucher une main d’œuvre précaire et sous payée, est-ce bien cela l’idée que l’on se fait d’emplois utiles et pérennes ? Il serait plus utile d’orienter ces investissements publics sur d’autres priorités (santé, éducation,…).


Tromperie sur le nombre d’emplois créés : On nous parle de 3500 emplois à l’ouverture de Notre- Dame-des-Landes ; en réalité, on assisterait au transfert des 650 emplois directs et 1 000 emplois indirects du site de Nantes Atlantique. Comment peut-on croire que, par un simple transfert de l’aéroport, on puisse passer de 1650 à 3500 emplois? On nous promet aussi 15 000 emplois à l’horizon 2050… Mais quel va être le développement du transport aérien compte tenu des crises financières et énergétiques en cours ?

mercredi 25 avril 2012

1er mai, pour la solidarité internationale et le progrès social


Les Unions départementales syndicales CGT, CFDT, FSU, UNSA, SOLIDAIRES appellent à 4 rassemblements et manifestations mardi 1er mai à 10h30 à

- Nantes : Place du Commerce - St Nazaire : place de l'Amérique latine. - Chateaubriant : Mairie - Ancenis : square de l'Eperon.

mardi 24 avril 2012

Après le 1er tour de l'élection présidentielle, l'appel de l'union syndicale Solidaires


Le premier tour de l’élection présidentielle a connu un taux important de participation de 82%. Le résultat fait par la gauche, dans toute sa diversité, exprime une volonté profonde de changement.

Si Marine Le Pen, contrairement à ce qu’elle annonçait, n’arrive qu’en troisième place et est donc éliminée pour le second tour, son score de 18 % est le plus haut de l’histoire de l’extrême-droite et il est, à ce titre, extrêmement inquiétant. Depuis cinq ans, la politique de Nicolas Sarkozy, faite de casse sociale et de politique xénophobe et sécuritaire, a servi de marche pied au Front national et a légitimé son discours auprès des électeurs et électrices. Le score du Front national confirme l’adage selon lequel « l’original est préféré à la copie » ! Les choix retenus par le gouvernement de faire payer la crise par la majorité de la population en en exonérant les principaux responsables et bénéficiaires sont porteurs de souffrances sociales fortes et d’angoisse pour l’avenir. Dans ce contexte, une partie des électeurs, notamment dans les couches populaires, est tentée par des réponses autoritaires et xénophobes.

Il est de la responsabilité du mouvement syndical et du mouvement social dans son ensemble de répondre aux besoins de résistances sociales, de solidarité et de lien social pour offrir d’autres alternatives que celles portées par le Front national !

lundi 23 avril 2012

Ouverture les dimanches et fériés, les syndicats de Loire Atlantique répondent aux organisations patronales : "Il n'est pas question de déroger au repos dominical dans les commerces de détail non-alimentaire à Nantes et c'est dans l'unité la plus large que les syndicats se battront contre toute tentative de dérogation locale"


Aux présidents des organisations : UPA 44, CGPME 44, MEDEF 44

Messieurs,

Nous revenons vers vous au sujet de l'invitation que vous nous avez adressée le 26 mars 2012 pour "discuter d'un accord » « sur la question de l'ouverture dominicale des commerces à l'approche des fêtes de fin d'année" à Nantes.

Nos organisations se sont réunies et ont adopté la réponse unitaire suivante.

Nous déplorons la déréglementation en matière de repos dominical qui s'opère depuis 1978 n'ayant de cesse de la remettre en cause et de vouloir déroger à la loi du 13 juillet 1906.

Localement, nous observons, depuis de nombreuses années, des initiatives patronales visant à déroger au repos dominical précieux pour les salariés des commerces, soumis à autorisation municipale.

mercredi 18 avril 2012

Notre Dame des Landes : la terre aux paysans, pas aux avions


La planète et ses populations subissent le dérèglement climatique. Les timides mesures de réduction des émissions de gaz à effet de serre devaient limiter l’augmentation moyenne de la température à 2°, mais la tendance actuelle va probablement vers 6°.


Les responsables sont connus. En France, toutes les activités ont réduit leurs émissions, sauf la première d’entre elles, les transports qui les ont augmentées de 22% en 15 ans.


Parmi les transports, l’aérien est le plus gros émetteur de gaz à effet de serre : pour transporter le même nombre de personnes, il utilise 9,5 fois plus d’énergie sous forme de kérosène (totalement détaxé) que le TGV (électrique de surcroit) et 5 fois plus que le car. Et les pouvoirs publics, en opposition à leurs déclarations médiatiques pour l’environnement, veulent imposer un aéroport à Notre Dame des Landes : c’est inacceptable et irresponsable !

lundi 16 avril 2012

Solidaires aux côtés des paysans de Notre Dame de Landes en grève de la faim


Depuis le mercredi 11 avril, deux paysans de Notre Dame des Landes, Michel Tarin et Marcel Thébault, ont entamé une grève de la faim pour dénoncer la procédure d’expulsion de leurs fermes et de leurs habitations situées sur le site prévu pour l’implantation d’un nouvel aéroport et, à la veille des élections présidentielles, relancer la mobilisation pour obtenir l’annulation du décret d’utilité publique du nouvel aéroport. Depuis le premier jour, des syndicalistes de Solidaires 44 sont présents à leurs côtés.


L’Unions syndicale Solidaires 44 réaffirme son opposition à la construction d’un nouvel aéroport pour l’agglomération nantaise. Cette décision, prise sur la base d’informations largement tronquées comme l’a démontrée l’étude indépendante commandée par le collectif des élu-e-s doutant de la pertinence d’un nouvel aéroport (CéDéPa) a déjà conduit ses promoteurs, Etat et collectivités locales, à confier la gestion de l’aéroport de Nantes Atlantique à la multinationale Vinci. L’Union syndicale Solidaires réaffirme son exigence d’une gestion publique de tout le tissu aéroportuaire

vendredi 13 avril 2012

ADREXO une nouvelle fois condamné aux Prud’hommes. Les salarié-e-s victimes des pratiques de la direction d’ADREXO recevront plus de 4 millions d’euros


Les salarié-e-s d'ADREXO distribuent la publicité dans les boîtes aux lettres. C'est un travail extrêmement physique et peu payé. Mais, chez ADREXO, ça devient du bénévolat. Soutenu par SUD PTT 44, plusieurs salarié-e-s d’ADREXO de Loire Atlantique ont saisi les Prud’hommes pour faire valoir leurs droits.


Le 16 décembre 2011, la société ADREXO a été condamnée à verser 1 million d'euros aux 23 salarié-e-s qui avaient saisi le Conseil de Prud'hommes de Nantes.
Le 10 février 2012, la société ADREXO a été à nouveau condamnée à verser 1 million d'euros à 25 salarié-e-s qui avaient eux saisi le Conseil de Prud'hommes de Nantes.
Le 23 février 2012, dans un jugement de départage, le Conseil de Prud'hommes de Saint-Nazaire a condamné la société ADREXO à verser plus de 50.000€ à 3 salarié-e-s.
Le 30 mars dernier, le conseil de Prud'hommes de Saint-Nazaire condamne une nouvelle fois la société ADREXO à verser 2 millions d’euros à 32 salarié-e-s

mercredi 11 avril 2012

Solidaires et les échéances électorales - Déclaration du Bureau national


L’Union syndicale Solidaires est très attachée à son indépendance vis-à-vis du patronat, des pouvoirs publics et de tout parti politique. Nous réaffirmons l’importance d’être un contre-pouvoir quel que soit le gouvernement, aujourd’hui comme demain. Les mois qui viennent vont être marqués dans notre pays par les échéances électorales, présidentielles et législatives, et leurs résultats.



Nous ne donnons aucune consigne de vote et ne soutenons aucun candidat. Pour autant, il ne s’agit pas d’être « neutre » mais de porter dans le débat citoyen nos analyses et les alternatives que nous avons défendues et continuerons à défendre dans le débat social et les mobilisations.


Nous savons aussi que nombre de salarié-es sont privés de ce droit de vote et qu’en tant qu’immigré-es, ils n’ont pas accès à une citoyenneté à part entière, même s’ils participent pleinement par leur travail à la création des richesses dans notre pays !

mardi 10 avril 2012

La Poste : reprise du travail à Carquefou, plus de 90% de grévistes à Blain ce mardi, nouvelle journée de grève demain à Châteaubriant

Après 5 jours de grève, les factrices et facteurs de Carquefou ont décidé de reprendre le travail demain malgré un constat total de désaccord avec la direction de La Poste. Sur l’essentiel, la suppression de 3,25 emplois, la direction n’a rien cédé, acceptant de ne négocier que sur des mesures d’accompagnement. C’est donc désormais la population de Carquefou, St Luce, Thouaré et Mauves qui va devoir supporter les conséquences de sous-effectifs permanents au prix d’un service dégradé. Pour SUD, c’est toujours totalement et scandaleusement inacceptable.


Même cause, suppression de tournées, et même opposition des factrices et facteurs avec toutes les organisations syndicales à Blain avec une grève suivie aujourd’hui à plus de 90% et, demain, à nouveau, sur le secteur de Châteaubriant.

vendredi 6 avril 2012

Carquefou/St Luce : la direction refuse la moindre concession ! Factrices et facteurs votent la poursuite de la grève


La direction de La Poste aurait-elle décidé de prendre ses usagers de Carquefou, Ste Luce, Thouaré et Mauves en otages ? C’est la question que se posaient les factrices et facteurs, en grève depuis 3 jours, à la sortie de la séance de négociation qui s’est tenue ce matin.


Arc-boutée sur sa décision de supprimer 3,25 postes, au mépris de la réalité du terrain et notamment de la croissance régulière de la population sur ce bassin de vie, la direction s’est contentée d’avancer l’éventualité du recrutement d’un salarié en CDD pour trois mois pour faciliter la transition ! Pour la vingtaine de factrices et facteurs en grève, c’est la colère. Et la douche froide. Avec comme conséquence la décision de reconduire la grève.

jeudi 5 avril 2012

Colère et mobilisation à La Poste. A l’appel de SUD, CGT, CFDT et CFTC, une centaine de postier-e-s manifeste devant la Direction Courrier à Nantes.


Ambiance lourde pour la centaine de postier-e-s présents cet après-midi devant la direction de La Poste, rue René Viviani à Nantes, à l’appel des syndicats CFTC, CFDT, CGT et SUD.. Tous dénoncent les pressions au travail et l'absence de dialogue social. Les factrices et facteurs de Carquefou/St Luce, en grève depuis 3 jours contre 3,25 suppressions d'emplois, témoignent du blocage complet des négociations. « La Poste veut nous faire croire qu’elle n’a pas le choix des suppressions d’emplois, voire même qu’il en irait de la survie de l’entreprise alors qu’elle engrange aujourd’hui des bénéfices par millions et qu’elle en reverse une énorme partie aux actionnaires" affirme leur porte-parole CFDT.


Pour le secrétaire départemental de SUD, « si nous sommes réuni-e-s aujourd’hui, si nous avons décidé ce rassemblement, c’est par ce que nous sommes sous le choc de ce qui vient de se passer à La Poste. Comment pouvions-nous rester inertes, alors que plusieurs collègues se sont donné la mort en invoquant la dégradation de leur vie au travail et en dénonçant un management par le stress, en raison d’une politique du toujours plus de rentabilité et toujours moins d’humanité ? Comment ne pas les entendre ! Comment pouvons-nous rester inertes alors qu’au-delà de ces dramatiques suicides, nous savons que dans tous les secteurs de la poste, d’autres agents sont en difficultés, en dépression, en arrêt de maladie car ils et elles ne sont plus en mesure de supporter les pressions du travail. Et combien ne disent rien et souffrent en silence ? Ca suffit !

mardi 3 avril 2012

Augmentation des pensions ? Oui, mais baisse du pouvoir d'achat !


Les retraité-es vivent dans des conditions de plus en plus difficiles depuis que leur pension n’augmentent, comme cette année, qu’au rythme de l’inflation depuis les contre-réformes contre les retraité-es du privé (1994), des fonctionnaires (2003) et des régimes spéciaux (2008). Avant, la pension évoluait comme le salaire moyen, qui augmente plus que l’inflation, qui permet de profiter un peu du partage des nouvelles richesses crées pour se payer de nouveaux biens que nos anciens ne pouvaient pas acquérir (réfrigérateur, lave-linge, télévision, téléphone, voiture…). En 15 ans, les salarié-es du privé ont vu leur pension, indexée sur l’inflation, baisser de 17% par rapport au salaire moyen.



Les retraité-es à faible revenu s’avèrent plus pénalisés par l’indexation sur l’inflation, car ils sont obligés de tout dépenser dans le mois, de prendre en charge prioritairement des dépenses augmentant bien plus que l’inflation : l’énergie (électricité, gaz et fioul), l’eau, le logement, les assurances, la santé et ses déremboursements de médicaments et autres dépassements d’honoraires… dont les retraités, plus fragiles que la moyenne de la population, subissent ces hausses de façon plus forte, d’autant plus que les cotisations des complémentaires sont fixées en proportion de l’âge.

lundi 2 avril 2012

Le syndicat SUD PTT Loire Atlantique invite les Postières et Postiers à se rassembler le jeudi 5 avril à 15h00 devant le siège de la DOTC, rue Viviani à Nantes.


Ce rassemblement a pour but de protester, d’interpeller la Direction qui reste sans réaction concrète face au mal-être à La Poste et aux drames qui en ont découlé.


Aujourd’hui, c’est l’ensemble des services de La Poste qui est touché ! Pour Sud, c’est le résultat d’une politique reléguant l’humain à des taux de productivité par une direction obnubilée par la mise en place d’un management démentiel, volontairement éloignée du bon sens, de la prise en compte de chacun, de ses possibilités, de son parcours, de son âge !


Notre direction nationale, par la voix du président de la Poste a laissé croire qu’elle allait prendre des mesures. En fait, il n’en est rien. Et les réorganisations continuent de plus belle.