jeudi 28 juin 2012

Non à l'exploitation des animateurs et des moniteurs de colos


La précédente majorité gouvernementale a mis en place en 2006 la surexploitation de travailleurs du secteur de l’animation par le contrat d’engagement éducatif qui permet de payer 2,2 heures de smic (environ 20 euros net) pour une journée de travail qui peut durer 24 heures puisqu’il ne garantit pas un temps de repos journalier. Ces emplois concernent non seulement les centres de loisirs et centres de vacances ouverts aux mineurs, mais aussi le secteur à but lucratif, y compris pour les loisirs des personnes handicapées, majeures ou mineures.


L’Union syndicale Solidaires a demandé aussitôt au Conseil d’État d’abroger ce décret, et l’a obtenu en 2011. Refusant toujours de reconnaître l’obligation d’attribuer un repos journalier, le gouvernement de l’époque a fait voter ce printemps une nouvelle loi et promulgué un décret reconduisant l’exclusion des animateurs occasionnels du bénéfice du repos journalier et reporte, en tout ou partie un repos compensateur à l’issue du contrat de travail, ce repos compensateur n’ayant pas à être rémunéré.


Solidaires ne saurait accepter qu’un animateur occasionnel puisse ainsi enchaîner six jours de travail continu sans véritable temps de repos, avec pour seules compensations quatre périodes de liberté pendant le séjour et un repos compensateur, non payé, de 2 jours et 2 heures à l’issue de ce séjour. Nous dénonçons ce système qui profite essentiellement au secteur lucratif spécialisé dans les séjours courts et aux séjours exclusivement ouverts aux enfants handicapés dont nul ne peut nier la spécificité du métier et la charge de travail.

lundi 25 juin 2012

SUD Tabac : élections de CCHSCT du 14 juin 2012



C’est avec une grande fierté que nous vous faisons part de l’élection au CCHSCT de notre copain Didier Debec (au centre sur la photo). En effet, c’est la première fois que nous présentions un candidat à des élections nationales. Son élection est de bonne augure pour celles de CE/DP en 2014, car nous obtenons 17,84% sur notre collège et 10,28% sur l’ensemble du personnel. Ce score aux prochaines élections nous garantirais une représentativité au niveau national.

Nous allons donc continuer à travailler, toujours en recherchant l’intérêt des salariés. Nous en profitons pour remercier les personnes qui s’impliquent dans notre développement : Julien pour Solidaires Industrie et Pierrick pour Solidaires 44.

Le bureau SUD Tabac

vendredi 22 juin 2012

Notre Dame des Landes : Solidaires 44 exige l'abandon des poursuites contre Sylvain Fresneau

L’Union syndicale Solidaires de Loire Atlantique condamne la mise en examen pour violences aux forces de l’ordre, et le séquestre de ses outils agricoles, de Sylvain Fresneau, président de l'Association de Défense des Exploitants Concernés par l'Aéroport (ADECA).

C’est en toute connaissance de cause que les responsables de la gendarmerie ont fait procéder hier à l’arrestation du syndicaliste paysan et principal animateur de la résistance à la construction d’un nouvel aéroport à Notre Dame des Landes. Cette décision s’ajoute à une liste déjà trop longue de provocations pour criminaliser la résistance syndicale et citoyenne.  L’Union syndicale Solidaires exige l’abandon des poursuites contre Sylvain Fresneau et la remise immédiate de ses outils agricoles.

Pour Solidaires 44, au lendemain des victoires électorales de la gauche, il est particulièrement intolérable que de telles provocations antisyndicales et antidémocratiques soient encore possibles.

mardi 19 juin 2012

Aides à domicile : nous sommes toujours en colère et déterminés à l'ADMR 44 - Appel commun SUD, CGT, CFTC, FO à manifester jeudi 28 juin à Nantes


A ce jour, l’ADMR 44 tant au niveau local (Associations) que Fédéral n’a entrepris aucun dialogue social suite au mouvement du personnel des 13 et 15 décembre 2011. La nouvelle convention, au rabais pour les personnels de l’ADMR, est en vigueur depuis 6 mois. Nous constatons :
-  La dégradation des conditions d’exercice de notre travail,
- La perte de 100 à 150 € par mois pour les aides à domicile
- La perte de 300 € environ par mois pour les Techniciennes de l’Intervention Sociale et Familiale


NOUS REVENDIQUONS :
- La prise en charge totale des Kms,
-La prise en compte des frais professionnels (essence, entretien, assurance, tickets de bus, portable, etc…),
- L’augmentation de la valeur du point (bloquée depuis 2008 à 5.302 €) afin de la porter à 6 €,
- La revalorisation de la grille des salaires inchangée depuis 10 ans,
- La formation diplômante respectant vie professionnelle/ vie privée,
-  La reprise de nos acquis au niveau des jours de congés d’ancienneté,
- L’abolition de l’aberration « du 1 minute » pour 1 km afin de coller aux kilomètres réellement effectués,
-  La renégociation de la Mutuelle Obligatoire (plus de prestations, baisse du pourcentage de participation du salarié),
-  Le respect du droit du travail dans le cadre des jours de repos.