mercredi 14 novembre 2012

Contre l'austérité, pour l'emploi et la solidarité : 3000 à 4000 manifestant-es à Nantes mercredi 14 novembre


Ciel bien gris ce matin à Nantes au rassemblement de la manifestation intersyndicale appelée par CFDT, CGT, FSU, Solidaires et UNSA. Débrayages aidant, ce sont 3 000 à 4000 manifestant-e-s qui ont défilé jusqu'à la Préfecture de Nantes.
Nous vous invitons à lire ci-dessous l'intervention de Solidaires prononcée par Sabine Dupuy, secrétaire départementale.

"Les salarié-es, les chomeurs-ses , les retraité-es agissent ensemble dans toute l’Europe ce 14 novembre. L’état actuel du système capitaliste, ce qu’on appelle « la crise », conduit l’immense majorité de la population vers toujours plus de pauvreté, de précarité, d’exploitation. C’est paradoxal, car les richesses produites ne cessent d’augmenter ; mais elles sont réparties de façon de plus en plus inégalitaire. 

La « crise » marque l’échec absolu de l’idéologie néolibérale et des politiques qui visent à confier au marché le sort de l’humanité. Des milliers de milliards d’argent public, notre argent, ont été déversés pour sauver les banques et les actionnaires, alors qu’il est « impossible » de trouver le moindre sou pour répondre aux besoins sociaux. Patrons et gouvernements continuent à s’attaquer aux droits sociaux, notamment en matière de protection sociale ou de droit du travail. 

On assiste à un véritable matraquage patronal et médiatique pour la baisse du coût du travail, la compétitivité est à l’ordre du jour. Stop !!! Les traitements de choc infligés aux grecs, aux Espagnols, aux Portugais conduisent à la destruction des droits de toutes et tous en Europe y compris en France. Les patrons et les actionnaires se sont gavés de dividendes, de cadeaux fiscaux de toutes sortes, de rémunérations démentielles avec, à la clef, des fortunes qui dépassent l’entendement. C’est à eux de payer leur crise. 


Le chômage augmente, précarité et flexibilité se généralisent, les services publics disparaissent, la pauvreté s’accroît. Patronat, banquiers et actionnaires imposent leur loi : celle du profit pour une minorité, celle de l’austérité pour les travailleurs et les travailleuses. Salarié-es en activité, au chômage, en retraite, en formation, nous sommes tous concerné-es. C’est pourquoi nous manifestons aujourd’hui ! 

Solidaires soutient l’initiative de la C.E.S car nous avons besoin d’actions convergentes au plan européen ; mais nous disons aussi notre désaccord avec certaines positions développées dans l’appel de la C.E.S., notamment le soutien aux Traités européens dont nous considérons qu’ils sont, non pas des garde-fous, mais bien des outils pour organiser l’austérité et la politique pro-patronale que nous combattons. 

D’autres solutions sont possibles ! Pour des mesures qui profitent à toutes et tous et pas à la finance. Pour des gouvernements au service de toutes et tous et non pas d’une minorité. Nous disons non à l’austérité !!! 

Nous affirmons notre solidarité, mais surtout nous continuons à défendre nos intérêts face aux prétentions et appétits patronaux. Ce 14 novembre, des grèves nationales interprofessionnelles ont été décidées en Grèce, en Espagne, au Portugal, à Chypre, à Malte … Il faut agir ensemble partout en Europe pour mieux défendre nos intérêts et nos revendications, pour résister à la casse sociale et imposer d’autres choix et d’autres solutions que leur « crise ». Imposons une autre redistribution des richesses ! 
Non, Nous n’avons pas à payer leur crise. Non nous n’acceptons pas le pillage sans vergogne de la population au profit des institutions capitalistes internationales. Nous n’acceptons pas plus les projets inutiles comme l’aéroport de Notre Dame des Landes, projet dévoreur d’emplois, de terre et d’argent public au profit d’une multinationale privée « VINCI ». C’est pourquoi nous appelons à manifester à Notre Dame des Landes le 17 novembre pour réoccuper nos terres".

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire