jeudi 17 janvier 2013

Journée de grève dans la Fonction publique le 31 janvier 2013 : le changement, c'est l'action ! Appel départemental CGT - FSU - Solidaires

La Fonction publique et les services publics sont indispensables pour tous les citoyens. Or, la situation s'est dégradée ces dernières années pour les personnels comme pour les usagers. Il est urgent et indispensable maintenant de changer de cap ! Et la crise ne peut pas servir de prétexte pour ne pas répondre aux légitimes revendications des agents publics. 

Alors que des discussions sont en cours dans le cadre d'un agenda social de la Fonction publique, le gouvernement doit permettre à la Fonction Publique et aux services publics de jouer tout leur rôle. Leur action est un puissant moyen pour lutter contre les inégalités et les injustices sociales. 

Le rôle de l’État est aujourd'hui de donner les capacités d'agir pour améliorer la qualité des services rendus à tous les usagers sur l’ensemble du territoire et dans le même temps d’améliorer les conditions de travail et de rémunération des agents. La révision générale des politiques publiques (RGPP) a profondément dégradé l’emploi public. 

Les restructurations des services et administrations ont mis en souffrance les personnels. La modernisation de l’action publique (MAP), dans ses principaux fondements, prolonge aujourd’hui de manière préoccupante la RGPP. 

Pour l’égalité des droits : toutes et tous à Paris le 27 janvier !


Le projet de loi sur le mariage pour tous et toutes sera examiné au parlement fin janvier 2013. L’égalité des droits, pour tous les couples et toutes les familles, doit devenir une réalité au travail et dans la vie quotidienne. L’Union syndicale Solidaires appelle les salarié-es à se mobiliser le 27 janvier à Paris, pour l’égalité et contre les discriminations. 

Des attaques sans précédent 

Depuis plusieurs semaines, le projet de mariage pour tous et pour toutes est attaqué de toutes parts. Au-delà du conservatisme et sous couvert d’un combat pour la filiation, des associations catholiques intégristes et d’extrême droite, mais également des partis politiques font ressurgir des propos que l’on croyait disparus depuis longtemps, accumulant les amalgames haineux et remplis de stéréotypes ! 

Une riposte indispensable dans la rue... 

L’inter LGBT (regroupement d’associations d’homosexuel-les, bisexuel-les et transexuel-les) appelle à une manifestation nationale à Paris le 27 janvier pour le mariage, sans distinction de sexe ou de genre et pour l’homoparentalité, et pour la PMA (Procréation Médicalement Assistée). Il s’agit avant tout que l’ensemble de la population puisse accéder aux mêmes droits : celui de pouvoir se marier ou non, d’avoir des enfants ou non, quelle que soit l’orientation sexuelle et de faire reconnaître la filiation du second parent.

 ... et dans nos lieux de travail ! 

mercredi 16 janvier 2013

Pas de compromis avec l’homophobie, l’égalité sans concession !Manifestation samedi 19 janvier 2013, 14h30 place du Bouffay


L’égalité des droits entre homosexuel-le-s et hétérosexuel-le-s fait aujourd’hui encore débat. Les déferlements homophobes dans les médias, dans les rues, sur nos lieux de travail et dans nos familles en sont des preuves flagrantes. Il suffit ! 

Le projet de loi garantissant juridiquement l’égalité des droits entre homosexuel-le-s et hétérosexuel-le-s sera examiné le 29 janvier par l’Assemblée Nationale. Procréation médicalement assistée (PMA) pour les couples de lesbiennes, présomption de parenté, coparentalité et filiation hors mariage ne font pas partie du texte initial. 

C’est aux parlementaires maintenant de déposer des amendements et de les voter, afin de faire respecter une égalité tant de fois demandée. Une quarantaine de députés de la majorité s’y est déjà opposée. Alors face à ce qu’elles ou ils appellent "leur liberté de conscience", qui apporte tant de satisfaction aux homophobes divers, continuons à faire entendre nos voix, qui elles sont légitimes. 

samedi 12 janvier 2013

Accord sur la sécurisation de l’emploi : une régression sociale historique


L’Union syndicale Solidaires juge inacceptable le texte sur lequel vienne de tomber d’accord le patronat et des organisations syndicales. 

Cet accord : 
 - institutionnalise davantage la précarité par la généralisation des contrats de projets et les contrats à durée indéterminée intermittents. 
 - instaure une super-flexibilité par de nouvelles mesures de mobilité, la généralisation de l’accord compétitivité/emploi, et de nouvelles modalités pour les PSE, en se dégageant systématiquement des obligations légales et conventionnelles du licenciement économique. 
 - spolie les salariés-es par une barèmisation plafonnée en cas de licenciements sans cause réelle et sérieuse. 
 - réduit les délais de recours des syndicats en matière de licenciements économiques collectifs et de contestation aux prud’hommes. 

La logique patronale est claire : renforcer la flexibilité de la force de travail, poursuivre la destruction du code du travail et la hiérarchie des normes. Il n’y a pas de sécurisation de l’emploi mais sécurisation des droits, déjà exorbitants, des patrons. L‘union syndicale Solidaires s’emploiera à construire les mobilisations nécessaires pour rejeter cette régression sociale historique.

lundi 7 janvier 2013

31 janvier, élections à la Chambre d'agriculture de Loire Atlantique - Solidaires présente une liste de candidat-e-s "pour une Chambre d'Agriculture au service de toutes et tous"


La profession de foi des candidat-e-s de Solidaires 44 (SUD MSA, CTCPOA, SNUPFEN Solidaires, SUD Crédit Agricole, Solidaires Val Nantais) :

Entre le 21 et le 31 janvier 2013, vous élirez par correspondance vos représentants à la Chambre d’Agriculture. Vous allez ainsi décider de l’orientation de la politique agricole du département de Loire-Atlantique. Pour l’Union Syndicale “SOLIDAIRES”, la Chambre d’Agriculture doit porter un véritable projet qui s’appuie sur nos valeurs et nos priorités. 

- Renforcer les droits des salarié-es des Groupements Professionnels Agricoles : (Coopératives agricoles, Associations, Crédit Agricole, Mutualité Sociale Agricole, Groupama, etc.) 

- Faire vivre les Conventions Collectives et les accords d’entreprise, faire respecter le droit des salarié-es et en gagner de nouveaux, y compris dans les petites entreprises et associations. Droit de veto des comités d’entreprise pour toute restructuration !