mercredi 27 février 2013

Mardi 5 mars: contre l'ANI, grève et manifestations à l'appel commun des UD CGT, FO, FSU et Solidaires 4 - Nantes 10h30 Place du Commerce - Saint Nazaire 10h30 Place Amérique Latine - Ancenis 10h30 station Esso - Châteaubriant 10h30 Place Mairie


Les organisations syndicales CGT, CGT-FO, FSU, Solidaires et SEN de Loire-Atlantique appellent à des arrêts de travail pouvant aller jusqu’à la grève et à participer aux manifes- tations le 5 MARS à : NANTES, ST-NAZAIRE, ANCENIS, CHATEAUBRIANT à 10 h 30, pour faire échec à cet accord. Elles appellent toutes les organisations qui s’y opposent à les rejoindre pour gagner une mobilisation massive.

Les organisations syndicales CGT, CGT-FO, FSU, Solidaires et SEN, réunies le 1er février 2013, dénoncent avec détermination la régression que représenterait la transposition de l’accord dit « sécuri- sation de l’emploi » en projet de loi. Les garde-fous illusoires précisés dans cet accord pour limiter et rendre plus chers les Contrats à Durée Déterminée ne concernent en réalité qu’une infi me partie : les CDD de plus de trois mois ne sont pas concernés, pas plus que les contrats saisonniers, ni les contrats conclus pour une tâche précise ou temporaire et le travail intérimaire.

La transposition de cet accord fragilise considérablement le Contrat à Durée Indéterminée dont la période d’essai a été largement étendue. Déjà, le patronat n’hésite pas à utiliser cette période d’essai comme des CDD.

lundi 18 février 2013

CHU Nantes : le rapport de la Cour des Comptes confirme les tromperies de la direction, par SUD CHU Nantes


Le CHU de Nantes a officiellement retrouvé l’équilibre financier fin 2011 soit un an avant l’échéancier prévu au Contrat de Retour à l’Equilibre Financier (CREF). Pendant les 4 ans de sa durée, l’activité a fortement augmenté, alors que les effectifs sont restés stable . La mise à plat des effectifs (MAPE) et ses outils que sont les référentiels sur la gestion du temps de travail et celui sur l’absentéisme ont permis une amélioration de la productivité de 16.4% pour le personnel non médical et seulement 6.6% pour le personnel médical (cf chiffres de la cour des comptes). 

L’intensification du travail induite par ce retour à l’équilibre n’a pas été sans conséquences sur les conditions de travail et la qualité des soins : maltraitance institutionnelle envers les patients et les salariés, souffrance professionnelle et/ou éthique se développent au point où elles sont maintenant pointées dans les rapports 2011et 2012 de la médecine du travail . 

Pendant toute la durée du CREF, SUD a contesté l’année d’avance sur la planification initiale et demandé le respect du calendrier pour ne pas dégrader un peu plus les conditions de travail du personnel. 

jeudi 14 février 2013

Le chômage et la précarité tuent

La mort du chômeur de 43 ans, privé de tout revenu, devant les locaux de l’agence Pôle Emploi de Nantes-Est vient allonger la longue liste des suicides des personnes laissées pour compte et des salariés-es victimes du stress au travail. Nous exprimons notre soutien à ses proches. 

Nous exprimons aussi notre soutien aux agents confrontés à ce drame social dont ils ne sont pas responsables. Il y en assez de cette société fondée sur la course à la rentabilité, sur le démantèlement de la protection sociale, et sur l’insécurité sociale généralisée. Il y en a assez des politiques de régression sociale, de réduction des droits des chômeurs et des discours réactionnaires de stigmatisation des victimes de la crise. Il y en a assez de la destruction des principes de solidarité du système social et des moyens des services publics. 

Avec l’ensemble des agents de Pôle Emploi et des associations de chômeurs-euses, nous exigeons un système d’indemnisation permettant de vivre dignement, la suppression du système arbitraire de contrôle et de radiation, le retour à un véritable service public de l’emploi.

jeudi 7 février 2013

Les organisations syndicales CGT, CGT-­‐FO, FSU, Solidaires et SEN de Loire-­‐Atlantique exigent du gouvernement et des parlementaires le rejet de l'accord dit de "sécurisation de l'emploi'


Les organisations syndicales CGT, CGT-­‐FO, FSU, Solidaires et SEN, réunies le 1er février 2013, dénoncent avec détermination la régression que représenterait la transposition de l’accord dit « sécurisation de l’emploi » en projet de loi. 

Les garde-­‐fous illusoires précisés dans cet accord pour limiter et rendre plus chers les Contrats à Durée Déterminée ne concernent en réalité qu'une infime partie : les CDD de plus de trois mois ne sont pas concernés, pas plus que les contrats saisonniers, ni les contrats conclus pour une tâche précise ou temporaire et le travail intérimaire. 

La transposition de cet accord fragilise considérablement le Contrat à Durée Indéterminée dont la période d’essai a été largement étendue. Déjà, le patronat n’hésite pas à utiliser cette période d’essai comme des CDD. 

Le salariat qui est déjà particulièrement frappé par la précarité, un turn-­‐over important, des conditions de travail difficiles subirait une double peine si ces propositions voyaient le jour. 

Les accords dérogatoires emploi/compétitivité voulus par Nicolas Sarkozy, par le Medef et entérinés le 11 janvier 2013, permettraient aux employeurs de réduire nos salaires à peau de chagrin ou d'augmenter le temps de travail sous prétexte de préserver l’emploi. Il s’agit d’imposer surtout de nouveaux sacrifices aux salarié(e)s. 

Tunisie: Après l'assassinat de Chokri Belaïd, la solidarité est plus que jamais nécessaire ! Rassemblement samedi 9 février 16h Place Royale à Nantes, à l'appel du Collectif Nantes-Redeyef

Ce mercredi matin, Chokri Belaïd, le secrétaire général d'un des principaux partis politique de gauche en Tunisie vient d'être abattu par balle devant son domicile. L'Union syndicale Solidaires exprime son horreur face à ce crime odieux. Elle adresse toute sa solidarité à ses proches et aux militant-es tunisien-nes.

Cette agression s'inscrit dans la campagne hargneuse d’extrêmistes religieux contre les mobilisations en cours. En effet, le courant politique auquel Chokri Belaïd appartenait regroupe notamment de nombreux syndicalistes, très impliqués dans les luttes actuelles, et notamment dans la grève générale de Siliana en novembre dernier.

Le 2 février, Chokri Belaïd avait déjà fait l'objet d'un agression par des salafistes sans que le gouvernement dirigé par la parti Ennhadha ne prenne les mesures qui s'imposaient pour garantir sa sécurité : Chokri Belaïd avait lui-même dénoncé cette situation à la télévision la veille de son assassinat.

L'Union syndicale Solidaires appelle à se joindre aux mobilisations organisées en France pour dénoncer ce crime et exiger que toute la lumière soit faite sur celui-ci.

vendredi 1 février 2013

Le changement, c’est l’action ! Près de 1500 manifestant-e-s dans les rues de Nantes jeudi 31 janvier. L'intervention de Jean Brunacci pour Solidaires 44.

Aux Finances Publiques, ce sont aussi de nouvelles suppressions de trésoreries de proximité en 2013 qui viendront, encore, réduire le maillage territorial de la Direction Générale des Finances Publiques. Les trésoreries assurent des missions essentielles : accueil, recouvrement des recettes fiscales et non fiscales, gestion des comptes et conseil aux collectivités locales. Dans un pays qui compte 36 000 communes, dont plus de 34000 de moins de 500 habitants, la question de la présence du service public en milieu urbain constitue un enjeu majeur pour l’efficacité de l’action publique et pour la bonne gestion des finances publiques. 

Or le maillage territorial connait un recul sans précédent au sein de la Direction Générale des Finances Publiques. Il existait ainsi 4200 trésoreries de proximité en 1988, 4000 en 2000 et moins de 2700 actuellement. Soit 1500 trésoriers rayés de la carte sur 4200 en 15 ans, c’est près de 40% des recettes qui ont disparu ! Ces suppressions ne mettent pas seulement en danger le principe d’accessibilité, d’égalité d’accès au service public ; elle se traduisent concrètement par une dégradation du service public rendu aux usagers, sans parler des conditions de travail particulièrement pénibles des agents.