vendredi 29 mars 2013

Retrait du projet de loi dit de "sécurisation de l'emploi" - Appel intersyndical départemental CGT, FO, FSU, Solidaires, SEN à manifester le 9 avril prochain


Mesdames et Messieurs les Parlementaires, vous n'avez aucun mandat pour voter le dynamitage du Code du travail. Rassemblements à Nantes, Place du Commerce, Saint Nazaire, Gare SNCF, Ancenis, station esso, Châteaubriant, place de la mairie, mardi 9 avril à 10h30. 

Le 1er Ministre a présenté son projet de Loi au Conseil des Ministres : « C’est un accord gagnant-gagnant pour les entreprises qui connaissent des difficultés, qui doivent se réorganiser en anticipant la situation (…) » 

Avec CFDT, CGC et CFTC, le patronat (MEDEF) a demandé que le projet de loi soit totalement fidèle à l’Accord signé le 11 janvier, sous prétexte que c’est un accord « donnant-donnant ». 

En clair : demain, un employeur pourrait annoncer aux salariés : « l’entreprise est en difficulté financière, ceux qui n’accepteront pas une baisse de salaire seront mis dehors … » 

Avec cet accord, les patrons pourraient exercer un chantage permanent pour déroger aux conventions collectives, aux accords de branche, et même au code du travail. 

NOUS ALERTONS TOUS LES SALARIÉS 

mardi 26 mars 2013

Mobilisation interprofessionnelle le 9 avril : le patronat ne doit pas faire la loi !


L’Union syndicale Solidaires réaffirme son opposition résolue aux principales dispositions contenues dans l’accord interprofessionnel sur l’emploi du 11 janvier 2013 et reprises dans le projet de loi du gouvernement. Les manifestations du 5 mars ont montré qu’un mouvement unitaire contre l’accord national interprofessionnel signé par le patronat, la CFDT, la CGC, la CFTC, soutenu par l’UNSA, et parrainé par le gouvernement, se développe. 

Ces cadeaux supplémentaires au patronat sont insupportables, ce texte ne doit pas être traduit dans la loi. La possibilité de baisse des salaires, la suppression de certains « plans sociaux » sans remettre en cause les licenciements, les recours juridiques plus difficiles pour les salarié-es volé-es par leur patron, la précarité toujours plus institutionnalisée avec l’invention d’un CDI intérimaire, ...

C’est le cahier revendicatif du MEDEF que le gouvernement propose de reprendre dans le Code du travail ! 

L’Union syndicale Solidaires appelle les salarié-es, chômeurs/chômeuses et retraité-es à participer massivement à la journée d’action nationale interprofessionnelle du 9 avril contre ce projet de loi. Il s’agit d’amplifier et d’élargir la mobilisation après la réussite de la première étape du 5 mars pour montrer notre détermination au gouvernement. Les équipes syndicales Solidaires mettront tout en oeuvre pour la réussite des grèves et manifestations qui seront décidées unitairement. 

Pour l’Union syndicale Solidaires, le patronat le doit pas faire la loi !

mardi 5 mars 2013

Plus de 5000 manifestant-e-s en Loire Atlantique, déterminés pour que l'ANI ne soit pas transposé dans la loi !

le cortège de Solidaires dans la manif nantaise

Plus de 3000 manifestant-e-s à Nantes, 1200 à Saint Nazaire, 350 à Ancenis, 150 à Châteaubriant, malgré la période de vacances scolaires, la journée interprofessionnelle de mobilisation appelée conjointement par les UD CGT, FO, la FSU, Solidaires et le SEN (Syndicat des Etudiants Nantais) aura été l'occasion d'un premier coup de semonce à l'attention des parlementaires pour que l'ANI ne soit pas transposé dans la loi. Dans leur intervention, les porte-parole de Solidaires ont expliqué pourquoi cet accord signé sous la dictée du MEDEF est une insupportable régression sociale. Lire ci-dessous.

Les semaines passent, les mois passent, et rien ne va mieux. Au contraire, le chômage ne cesse de grandir et les emplois, industriels notamment, sont détruits par milliers. Côté salaire, c’est la soupe à la grimace, le gouvernement donnant lui-même l’exemple en refusant de maintenir le pouvoir d’achat des fonctionnaires et en poursuivant les suppressions de postes. C’est dans ce contexte que le gouvernement a décidé de transcrire dans la loi « l’accord national interprofessionnel pour un nouveau modèle économique au service de la compétitivité des entreprises et de la sécurisation de l’emploi et des parcours professionnels des salariés », signé le 11 janvier, sous la dictée du MEDEF, par CFDT, CGC et CFTC.