mercredi 24 avril 2013

Au 10ème jour, les factrices et facteurs de Nantes Rollin votent la reprise du travail


Ce mercredi matin, au dixième jour de grève et à une courte majorité, les factrices et facteurs de Nantes Rollin ont voté la reprise du travail. Cette décision, difficile, a été prise à la lecture du relevé de conclusion des négociations qui s’étaient tenues hier. 

Sans remettre en cause la réorganisation annoncée pour septembre, la direction a en effet, sur plusieurs points, accepté de revoir très à la baisse le nombre des suppressions d’emplois, de prendre en compte nombre des revendications syndicales sur l’organisation du travail et s’est engagée à ne pas soumettre une autre réorganisation avant trois ans. 

Très concrètement, la direction a accepté la prise en compte de la pénibilité, quantifiée à deux emplois, du nombre effectif de points de remise (boîtes aux lettres) et de revoir singulièrement à la baisse ses prévisions de baisse du trafic (de moins 5% à moins 3%). Ces engagements feront l’objet d’un suivi, attentif et vigilant, des factrices et facteurs de Nantes Rollin et de leur syndicat SUD PTT. 

lundi 22 avril 2013

La Poste : 8ème jour de grève à Nantes Rollin

Ajouter une légende

Une majorité des factrices et facteurs de Nantes Rollin a décidé ce matin de poursuivre la grève entamée de 15 avril dernier. Malgré le poids des pertes financières consécutives à huit journées de grève, elles et ils n’acceptent pas la décision de la direction de La Poste de supprimer 8 postes de travail sur un quartier en hausse démographique constante et sur la base d’une hypothétique baisse du trafic dans le mois et années à venir. 

Aux demandes de négociation réaffirmées par les grévistes, soutenus par SUD PTT, le chef d’établissement a indiqué ce matin qu’il était disposé à recevoir une délégation mais qu’il n’avait aucun mandat pour répondre aux demandes de ses salarié-e-s. Cela s’appelle jouer le pourrissement du conflit en se moquant délibérément de la gène subie par les usagers. SUD PTT ne l’accepte pas. 

SUD PTT renouvelle sa demande d’ouverture de négociations sérieuses basées non sur des données hypothétiques mais sur des données objectives. C’est la seule solution pour sortir enfin de ce conflit. 

vendredi 19 avril 2013

Le 1er mai : pour l'économie solidaires et l'emploi, contre l'austérité et la financiarisation - Appel des UD CGT, FSU, Solidaires de Loire Atlantique


En ce 1er Mai, journée internationale du Travail, nous exprimons notre refus d’une politique d’austérité généralisée imposée aux peuples au nom du diktat des profits financiers et du dumping social. 

La soumission des gouvernements à la doctrine des patronats, aux dividendes des actionnaires, a des conséquences terribles, en France comme ailleurs, sur la santé, les conditions d’existence de millions de personnes reléguées du travail, réduites à la pauvreté jusque dans les retraites qui s’amenuisent toujours plus. 

En France aussi l’argent est roi, le MEDEF fait loi avec la complicité d’un pouvoir qui n’a pas été élu sur ce programme. Dans les banques, dans les paradis fiscaux ou sur les marchés financiers, spéculation et cupidité sont à la manœuvre. Les richesses produites par le travail sont confisquées par les profits. Cet argent ne va pas dans l’investissement productif, au logement, au développement des services publics, à la protection sociale. Cet argent manque souvent bien avant la fin de mois aux salariés condamnés aux petits salaires, au chômage, aux petites retraites, aux minima sociaux. 

Cette logique est mortelle pour la démocratie. Elle condamne les services publics et tout notre système de solidarité nationale. Le travail, notre travail, crée de la richesse ! Ce monde est de plus en plus riche mais des populations de plus en plus pauvres face à des écarts de richesses qui s’accentuent. 

mercredi 17 avril 2013

Après l'agression fasciste contre la journaliste Caroline Fourest, communiqué de Sud Rail région de Nantes



Le syndicat SUD Rail de la région de Nantes dénonce les agressions et intimidations menées en gare de Nantes le samedi 13 avril 2013 à l’encontre de la journaliste Caroline Fourest. Cette agression qui s’est soldée, entre autre, par le blocage de la circulation ferroviaire et des insultes envers des cheminot-es et des voyageurs-ses, a été menée par une bande de voyous venue des beaux quartiers et se réclamant de mouvements hostiles aux principes d’égalité des droits des citoyen-ne-s. Mais leur action, la « chasse à la femme » qu’ils ont organisée contre une journaliste qui enquête un peu trop, à leur goût, sur la nébuleuse d’extrême droite, démontre le caractère fasciste, sexiste et homophobe de leurs auteurs. Ces derniers rêvent de ramener le pays aux années 1930/1940, années où leurs semblables faisaient régner la terreur contre les « mal pensants » et les « mal croyants ». 

Tou-te-s les hommes et femmes épris-e-s de justice sociale et d’égalité doivent leur faire front. Dans le passé, la SNCF et la Justice ont toujours eu la main lourde contre les salariés, les chômeurs ou les étudiants qui, parfois, ont manifesté pacifiquement dans les emprises ferroviaires pour défendre leurs droits ou leur emploi. Nous serons vigilants par rapport à l’attitude de la Direction et de la Justice face à cet événement autrement plus grave car il visait à commettre des violences contre une personne. 

Le syndicat SUD Rail de la région de Nantes appelle les salarié-e-s à se joindre à la manifestation contre les violences homophobes qui aura lieu le samedi 20 avril 2013 à Nantes, 14h place Royale ».

mardi 16 avril 2013

La Poste Nantes Eraudière et Nantes Rollin : la direction refuse de recevoir les organisations syndicales


Au second jour de grève massive - 90% de grévistes à Nantes Eraudière et un peu plus de 70% à Rollin ce mardi – la direction de La Poste a refusé de recevoir les grévistes et leurs organisations syndicales. 

Cette volonté de bloquer la situation pour imposer une réorganisation unanimement refusée par les personnels est particulièrement inquiétante. Le syndicat SUD PTT dénonce l’attitude malveillante du directeur de La Poste qui délibérément choisit le pourrissement de la grève et porte, seul, la responsabilité de la poursuite du mouvement. 

Le syndicat SUD PTT demande aux autorités publiques et aux élu-e-s locaux d’intervenir sans délai auprès de la direction de La Poste pour que ce diktat du directeur de la Poste soit immédiatement levé et que de véritables négociations puissent enfin s’ouvrir.

Seconde journée de grève des factrices et facteurs de Nantes Eraudière et Nantes Rollin


90% à Nantes Eraudière, plus de 70% à Nantes Rollin, c'est très massivement que les grévistes des deux centres courrier nantais ont reconduit leur mouvement de grève après une première journée où la direction est restée campée sur sa volonté de supprimer 10% des emplois.

Les grévistes se sont adressés hier à la mairie de Nantes, où une délégation a été longuement reçue par un conseiller du Maire, pour expliquer les raisons de leur grève et demander un soutien actif. Même démarche ce matin en direction de la fédération de Loire Atlantique du Parti Socialiste.

Un nouveau rassemblement commun aux grévistes des deux établissements devant le siège de la direction de La Poste, rue Viviani à Nantes,se tient en ce moment pour rencontrer le directeur et exiger l'annulation des projets de réorganisation.
_______________________________________________________________________


Quand la direction de La Poste manipule les chiffres :

Les responsables de la communication de la Poste ont cru judicieux d’annoncer que seules 94 des 198 tournées de facteurs sur Nantes n’avaient pas été distribuées hier, soit 50%.  Sauf que ce chiffre de 198 tournées intègre les factrices et facteurs des centres courriers de Nantes Bretagne et de Nantes Beaulieu qui ne sont pas concernés par cette grève.
Si nous retenons le chiffre officiel de 94 tournées non distribuées et que nous le rapportons aux quelques 115 tournées effectives sur Eraudière et Rollin, nous obtenons un pourcentage de 86% de grévistes.

vendredi 12 avril 2013

Les factrices et facteurs des Centres Courriers La Poste de Nantes Eraudière et de Nantes Rollin en grève illimitée à partir de lundi prochain 15 avril 2013


Les factrices et facteurs des centres courrier de Nantes Eraudière (44300) et Nantes Rollin (44100) seront en grève illimitée à compter du lundi 15 avril, à l’appel des organisations syndicales SUD et CGT. Près de la moitié des habitant-es et entreprises de Nantes sont directement concernées par ce mouvement de grève.

 Par cette grève, les postières et postiers entendent s’opposer à la suppression de plus de 20 positions de travail - dont la disparition d’une dizaine de « tournées lettres » sur ces 2 bureaux nantais alors même que la population de la ville ne cesse de croître - ainsi qu’à la dégradation croissante de leurs conditions de travail. 

Les négociations qui se sont déroulées hier n’ont pas abouties, la Direction de La Poste restant sourde aux revendications du personnel. Face à ce blocage, la grève illimitée a été votée par l’ensemble des postières et des postiers. 

Les agents des centres courrier de Nantes Eraudière, 4 rue Anne-Claude GODEAU 44300 et Nantes Rollin, place DAUBENTON 44100, invitent les usagers à venir les soutenir à partir du lundi 15 avril. 

Tous les grévistes se rendront en manifestation à la direction départementale du courrier Loire Atlantique Vendée, 3 rue Viviani 44200 Nantes, le lundi 15 avril à 10h30

jeudi 11 avril 2013

9 avril : 3000 manifestant-e-s en Loire Atlantique pour réaffirmer leur opposition à l'ANI "Cet accord de la honte, tout au profit du MEDEF, sera suivi d’autres mauvais coups contre les salarié-e-s si nous laissons faire"


Intervention de Solidaires – Nantes le 09 avril 2013 

Le projet de loi de sécurisation de l’emploi suite à l’accord Wagram signé entre le MEDEF et les syndicats CFDT, CGC et CFTC entraînerait la régression la plus importante des droits des salariés de ces trente dernières années. Ce projet a pour but la généralisation du chantage à l’emploi pour imposer des baisses de salaires, la hausse de la durée du temps de travail et la flexibilité qui ne garantissent même pas contre les licenciements ! 

Aucune limite aux mobilités n’est imposée aux employeurs ; seule la négociation tous les 3 ans leur est demandée, avec qui ? Avec une CFDT ayant obtenue des postes en haut lieu ! 

Les salarié-es refusant la mobilité seront licencier automatiquement sans même bénéficier des mesures d’un plan social, d’un licenciement économique. 

Ce projet, c’est la possibilité, sur simple autorisation de l’administration, de boucler en deux mois un plan de licenciements frappant jusqu’à 100 salariés et 3 mois entre 100 et 250 salariés, en réduisant à peau de chagrin les déjà maigres droits des comités d’entreprise pour faire obstacle à ces licenciements. 

Ce projet, c’est la réduction des délais de recours aux prud’hommes à deux ans pour les litiges concernant les contrats de travail et à trois ans concernant les salaires au lieu de cinq années à partir de juin 2013 ; c’était 30 ans avant juin 2013.