mardi 18 mars 2014

18 mars 2014 à Nantes


5000 manifestant-e-s à Nantes, un millier à saint Nazaire, une centaine à Châteaubriant, les manifestations organisées ce matin en Loire Atlantique par l'intersyndicale CGT, FO, FSU et Solidaires ont permis que s'exprime avec une réelle force le  rejet de la politique d'austérité et du pacte de responsabilité.

Intervention de l’Union syndicale SOLIDAIRES. Mardi 18 mars 2014.

NON A L’ARNAQUE DU PACTE DE RESPONSABILITE !

LE PATRONAT NOUS VOLE 35 MILLIARDS ! CFDT,CFTC ET CGC DONNENT LEUR ACCORD !
                Après la signature de l’accord sur l’in-sécurisation de l’emploi en mars 2013 et la nième contre-réforme des retraites en octobre 2013, le gouvernement remet le couvert, en 2014, en donnant de nouveaux gages au patronat, lui permettant de réaliser un nouvel hold-up.
Le gouvernement, avec l’accord de 3 organisations syndicales, CFDT, CFTC et CGC, vient d’offrir au MEDEF et à la CGPME, une rente annuelle de 35 milliards d’Euros, correspondant au montant des cotisations sociales dues à la branche Famille de la Sécurité Sociale.
Ainsi, se rejoue en 2014, un scénario malheureusement bien réglé, digne d’un film catastrophe : le patronat revendique toujours plus, le gouvernement cède toujours plus !
                Le relevé de conclusions cosigné par le patronat, la CFDT, la CFTC et la CGC valide l’analyse patronale de la situation économique qui consiste à renvoyer sur les travailleurs-euses la responsabilité de la « crise », accusant une fois de plus le coût du travail. Cet accord entérine les milliards d’euros offerts au patronat pour enrichir les actionnaires et annonce des mesures restreignant les droits des représentant-e-s des salarié-e-s et des syndicats.

UN PACTE PERDANT-PERDANT POUR LES SALARIE-E-S .
               

Cet accord présenté comme « gagnant-gagnant » par les signataires du relevé de conclusion est un véritable marché de dupes. C’est un pacte perdant-perdant pour les salarié-e-s, les retraité-e-s et privé-e-s d’emploi. Aucune contrepartie chiffrée en termes de créations d’emplois n’y figure. Le MEDEF se voit libéré de toute obligation de favoriser les embauches ; mieux même, il bénéficiera de « simplifications administratives » ce qui en langage patronal signifie plus de facilités pour licencier, précariser, modifier les contrats de travail à sa guise.
En 10 ans, le patronat a bénéficié de 250 milliards € d’exonérations de cotisations sociales pour soi-disant faciliter l’emploi. Quel est le résultat ? Les profits des actionnaires ont explosé : pour la seule année 2013, les entreprises du CAC 40 ont versé 43 Milliards € à leurs actionnaires, qui s’ajoutent aux 411 Milliards e distribués de 2007 à 2012 !
Et qu’en a-t-il été de l’emploi ? Pendant ce temps- là, le niveau de chômage bat des records avec plus de 5 millions de chômeurs et chômeuses !

CE PACTE D’IRRESPONSABILITE NE DOIT PAS PASSER !

                Les salarié-e-s, les retraité-es, les chômeurs et chômeuses vont devoir payer, une fois de plus, les 35 Milliards € captés par le patronat : suppression de prestations sociales, augmentation de nos cotisations, salaires, indemnités et pensions gelés, remise en cause des services publiques par une nouvelle baisse de la dépense publique pour compenser ce cadeau au MEDEF et à la CGPME.

                Economiquement absurde, ce pacte sera socialement destructeur. Avec les coupes massives dans les dépenses publiques prévues pour le financer, le démantèlement des services publics et de la protection sociale va se poursuivre. Le financement des collectivités locales, qui jouent un rôle essentiel en matière d’investissements publics et d’aides sociales, en sera impacté.
Ces coupes qui s’ajoutent aux 50 Milliards € « d’économies » déjà  programmées d’ici la fin du quinquennat, vont aggraver le délitement des liens sociaux et la paupérisation en cours.

                Ce pacte d’irresponsabilité Hollande-Gattaz ne doit pas passer !
Il n’y a pas d’équilibre possible entre les intérêts des travailleurs et travailleuses et ceux des patrons. Ce que ces derniers gagnent, nous le perdons. Mais l’inverse est possible. Donnons-nous en les moyens ; la peur doit changer de camp !
                4 organisations syndicales, la CGT, FO, la FSU et Solidaires, ont pris leurs responsabilités en appelant aujourd’hui à la grève et à des manifestations de masse les salarié-e-s, retraité-es, chômeurs et chômeuses, pour dénoncer ce pacte d’irresponsabilité, et réaffirmer haut et fort leur refus de payer les frais d’une crise dont ils ne sont pas responsables !
                Par notre travail, nous produisons les richesses. Les capitalistes, servis sur un plateau d’argent par ce gouvernement, encaissent. Basta, cela suffit ! Renversons la tendance !

                A  Solidaires, nous pensons que cette journée est une étape dans la construction d’une mobilisation interprofessionnelle d’un très haut niveau , bloquant le pays pour faire entendre raison au gouvernement et au patronat, pour faire échec à cette politique d’austérité qui n’a que trop duré, qui nous étrangle et nous mène droit dans le mur , une mobilisation telle qu’elle impose la satisfaction de nos revendications par une autre répartition des richesses.
L’union syndicale Solidaires prendra toutes ses responsabilités en ce sens.

Reprenons-leur ce qu’ils nous ont volé !

Tous ensemble, nous gagnerons !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire