mercredi 1 avril 2015





APPEL COMMUN de LOIRE ATLANTIQUE
JEUDI 9 AVRIL, GRÈVE INTERPROFESSIONNELLE !

Le 9 avril, les organisations syndicales CGT, FO, Solidaires appellent l’ensemble des salariés du privé comme du public à faire grève contre « le pacte de responsabilité, la rigueur budgétaire, la réforme territoriale, la loi Macron qui aggravent la situation des salariés ».

Avec le « Pacte de responsabilité », le gouvernement prend 40 milliards à la Sécurité Sociale et les offre aux patrons. Il impose un plan de rigueur jamais vu : 50 milliards de réduction des dépenses publiques. Les salaires sont bloqués, les salariés s’appauvrissent. Non seulement aucun emploi n’est créé, mais le chômage et la précarité explosent. Toutes les garanties collectives (le code du travail, les statuts…) sont attaquées. Les services publics touchés de plein fouet par la rigueur sont au bord de l’explosion.

Le patronat et l'Union Européenne exigent d’aller encore plus loin. Le gouvernement obéit : il vient de faire passer la loi Macron pour la plus grande satisfaction des « marchés financiers ». La loi Macron, c'est entre autres :
·         Plus de facilités pour licencier, la banalisation du travail le dimanche et du travail de nuit
·         La possibilité pour le patron de déroger au code du travail, de court-circuiter le droit du travail et la justice prud’homale

En faisant passer cette loi en force « à coup » de 49-3, le gouvernement montre qu’il est déterminé, à n’importe quel prix, à aller jusqu’au bout pour remettre en cause et détruire toutes les conquêtes sociales. M. Valls annonce d’ailleurs qu’il va maintenant s’attaquer au temps de travail.

Les salariés n’ont aucune autre solution que le rapport de force, la grève interprofessionnelle pour bloquer cette offensive. Rappelons-nous : la dernière fois qu’un gouvernement a utilisé le « 49-3 », c’était en 2006 avec le CPE de Dominique De Villepin. La mobilisation des jeunes et des salariés avec leurs syndicats avait obligé le gouvernement à retirer le CPE.

Pour bloquer cette offensive, les Unions Départementales CGT, Cgt-FO, Solidaires et FSU de Loire-Atlantique appellent tous les salariés, du public comme du privé, à répondre à l'appel national, à se mettre en grève le 9 Avril. Elles appellent les salariés, privés d'emplois comme les jeunes et les retraités à manifester.

D’urgence, il faut :
  • l’augmentation des salaires,
  • l’arrêt des plans de licenciements et de suppressions d’emplois,
  • la préservation et le développement des emplois industriels et publics,
  • la défense des garanties collectives (code du travail, conventions collectives, statuts).

Il faut le retrait de la loi Macron et du pacte de responsabilité.

Le 9 Avril, à l’appel de la CGT, Cgt-FO, Solidaires et FSU

MANIFESTATIONS à
Nantes, 10h30 Place du Commerce
St Nazaire, 10h30 Place de l’Amérique Latine

Les Unions Départementales CGT, Cgt-FO, Solidaires et FSU de Loire-Atlantique invitent leurs syndicats et sections syndicales à lancer des appels communs à la grève dans leurs secteurs respectifs (entreprise, branche, administration, etc...)


1500 militant(e)s des UD CGT, et FO 44 participeront également à la manifestation à Paris

Mobilisation des Postier(ère)s le 9 avril

Communiqué des organisations syndicales de La Poste CGT-FO-SUD

La publication des comptes annuels du Groupe La Poste fait apparaitre un résultat d’exploitation (+719 M d’euros) qu’il convient de lier à une accélération des suppressions d’emplois (-6284 en 2014) et de sites, durement ressentie dans le quotidien des postières et des postiers et se traduisant par un reniement supplémentaire des missions de service public, visible par la population.

Pourtant combattre et réduire le chômage, permettre la création d’emplois en changeant de politique économique sont autant de mesures bien plus efficaces socialement que l’instrumentalisation du CICE dont sont comptables à la fois La Poste, mais aussi l’Etat actionnaire.

Au même moment, le gouvernement et le patronat mènent une politique d’austérité envers les postiers et des postières.

Face à de tels choix, ceux-ci expriment une forte incertitude sur leur avenir et celui de leur entreprise. Expression qui prend plusieurs formes en fonction de la diversité de leurs métiers ou de leur position dans l’entreprise. Dans de nombreux territoires, et notamment au Courrier, de puissantes luttes unitaires et porteuses de propositions alternatives s’affirment au-delà de la seule contestation de projets de réorganisations.

Concrètement, les mobilisations construites localement dans l’unité pèsent en faveur de l’amplification du processus de lutte (Basse-Normandie, Isère-Savoie, Loire, Nantes, Aude, Pyrénées Atlantiques, Lot, Hautes-Pyrénées, Haute-Garonne, Yvelines, Landes…sans que cette liste ne soit exhaustive)

En cohérence avec l’expression convergente de l’ensemble des organisations syndicales de La Poste à l’occasion de la réunion plénière du 15 janvier dernier, les organisations signataires dénoncent et condamnent les axes stratégiques définis au plus haut niveau qui conduisent à des entraves, de plus en plus nombreuses, à l’exercice du droit syndical et à la liberté d’expression dans l’entreprise.
Le projet de loi Macron ne fait qu’aggraver les conditions de vie et de travail des salarié-es, et nous exigeons son retrait.

C’est bien à partir de cette analyse partagée, que les organisations syndicales CGT, SUD et FO appellent l’ensemble des postiers et des postières à participer massivement à la journée nationale interprofessionnelle d’actions, de grève et de manifestations du 9 avril. L’objectif est clair : faire converger leurs revendications et réaffirmer leur attachement au service public, au développement de l’emploi, à de meilleures conditions de travail, à de meilleurs salaires et à la liberté d’expression dans l’entreprise.

Les organisations CGT, SUD et FO de la Poste se réuniront rapidement après le 9 avril afin de discuter des suites à donner à cette journée.


En Loire Atlantique, les syndicats de La Poste, appellent à un rassemblement à 9h00 place Bretagne à Nantes et à 9H00 à St Nazaire devant le bureau de Poste de République avant de rejoindre les manifestations interprofessionnelles.