vendredi 9 octobre 2015

Journée nationale de grève. Entre 1800 et 2500 manifestants à Nantes – Ouest France


Nantes - 13h53
  • Entre 1 800 et 2 500 ont manifesté ce matin contre l'austérité dans les rues de Nantes. | Ouest-France
Ouest-France

Plusieurs syndicats appelaient aujourd'hui à une journée nationale de grève. A Nantes, le cortège est parti ce matin de la maison des syndicats pour rejoindre la préfecture.

À l'appel des organisations syndicales CGT, FSU, Solidaires et Unef, entre 1 800 personnes selon la police et 2 500 selon les organisateurs ont défilé en fin de matinée dans les rues de Nantes. Avec pour mots d'ordre le chômage, l'austérité ou encore les salaires.
Au cri de "Medef partout, justice nulle part", "Macron, patrons, même combat" ou encore "à la crise du capital, on réclame la justice sociale", le cortège est parti vers 10 h 30 depuis la maison des syndicats, sur l'île de Nantes, avant de gagner la préfecture de Loire-Atlantique par le cours des 50-otages.
Au passage, des prises de paroles étaient organisées devant la présidence de l'université, puis l'Hôtel-Dieu. La manifestation a commencé à se disperser dans le calme vers 13 h.

Social Deux mille manifestants à Nantes contre l'austérité – Presse Océan

0 08.10.2015 11:48
Fumigènes et pétards au passage du cortège sur le pont Haudaudine
Près de 2 000 manifestants défilent actuellement dans les rues de Nantes contre la politique d'austérité du gouvernement.
Parti de la maison des syndicats, le cortège a fait étape devant les locaux de la présidence de l'université et le CHU. Il doit ensuite rejoindre la préfecture en empruntant le cour des Cinquante-Otages.
La manifestation est organisée dans le cadre d'une journée d'action nationale à l'appel de la CGT, la FSU (éducation), Solidaires et les syndicat étudiant Unef. Objectif : dénoncer "la casse sociale", les lois Macron et Rebsamen, "les cadeaux faits au patronat" au détriment des salariés, la mise à mal des services publics, etc. "On l'a encore vu avec l'accord sur la rémunération des fonctionnaires : le gouvernement est passé en force, le dialogue ne fonctionne pas, explique Fabrice David, secrétaire de la CGT 44. La seule façon de nous faire entendre, c'est la rue".
Parmi les manifestants, beaucoup de salariés du public (territoriaux, CHU, Education nationale...) mais aussi du privé (Airbus, DCNS Indret...).
Une manifestation se déroule également à Saint-Nazaire.

Grève à Saint-Nazaire. Plus de 700 personnes dans les rues – Ouest-France

Saint-Nazaire - 13h06
Ils étaient plus de 700 à s'être mobilisés, ce jeudi. | Marion LOPEZ / Ouest-France
Plus de 700 personnes ont répondu à l'appel des syndicats CGT, FSU et Solidaires, ce jeudi matin, pour l'augmentation des salaires, de l'emploi et de la protection sociale.
Cette action s’inscrit dans une journée nationale d’action interprofessionnelle contre l'austérité.
Parmi ses revendications, la CGT réclame « une égalité de traitement entre les hommes et les femmes » sur les salaires, « un SMIC à 1 700 € » et une réduction du temps hebdomadaire de travail à 32 heures « L'émancipation des salariés passe par cette réduction du temps dédié au travail. Dans une période de chômage record, ce n'est pas une gabegie de se répartir les efforts dans une société de partage des richesses », martèle Cédric Turcas, secrétaire général CGT Saint-Nazaire.
Dans les rangs, le personnel hospitalier de la cité sanitaire, des fonctionnaires, Airbus, ErDF, la SNCF, la navale, ou même l'entreprise de téléphonie Orange.

Saint-Nazaire Plus de 700 personnes battent le pavé contre l'austérité – Presse Océan

0 08.10.2015 14:11

Environ 700 personnes ont participé à la manifestation.
Nicolas Daheron
http://memorix.sdv.fr/0/default/empty.gif
Ils répondaient à l'appel national de la CGT, solidaire et FSU pour défendre l'emploi, les salaires et la protection.

Au départ du cortège sur la place de l'Amérique Latine ce matin il y a des salariés du public et du privé : navale, Airbus, hôpital, la SNCF. Tous là pour fustiger la politique du gouvernement qui jamais, selon Cédric Turcas, responsable de l'union locale CGT « n'aura déroulé un tel tapis rouge au patronat ». Car pour le syndicat, la hausse des salaires est une réponse à la crise. « On le voit à Saint-Nazaire avec les commerces qui ne tournent pas », explique-t-il, « si on veut relancer l'économie cela doit passer par les salaires ». La manifestation qui a réuni environ 700 personnes s'est rendue à la sous-préfecture où une délégation a été reçue.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire