jeudi 10 mars 2016

Retraité-e-s : un millier de manifestant-es en Loire-Atlantique



A l’appel des syndicats CGT, CGT-FO, FSU, CFTC et Solidaires, et de la FGR-FP, trois rassemblements s e sont tenus ce jeudi en Loire-Atlantique dans le cadre de la journée nationale de mobilisation des retraité-es.

Ce matin, 300 retraité-es se sont rassemblés à saint6nazaire et soixante à Châteaubriant.
A Nantes, ils et elles étaient entre 600 et 700 rassemblés place du Cirque où, tour à tour et dans des interventions très convergentes, se sont exprimés les représentants des six organisations.
Puis les manifestants se sont rendus en défilé à la Préfecture de Nantes.

A noter une bonne présence des retraité-es des différents syndicats de Solidaires, avec drapeaux et banderole.

Ci-dessous, l’intervention de Solidaires :

« Cher-es camarades,

Dans un an, nous serons à la veille des échéances électorales nationales. Le constat est aujourd’hui sans appel, le gouvernement issu des élections de 2012 non seulement n’a en rien remis en cause les contre-réformes Sarkozy-Fillon sur les retraites, mais il les a aggravées en validant le récent accord CFDT-MEDEF sur les retraites complémentaires qui conduira nos collègues salariés à ne partir qu’à 63 ans.
Cela s’appelle faire tourner à l’envers la roue du progrès social.

Même chose pour les retraités, avec le gel de nos pensions depuis avril 2013, avec la fin de l’indexation des pensions sur le salaire moyen et avec l’augmentation de la fiscalité touchant particulièrement les retraités, qi a rendu de nombreux collègues imposables, avec les conséquences en chaine que cela entraine.

Depuis deux ans, nos organisations syndicales n’ont cessé d’alerter le gouvernement et les parlementaires. En vain. Et dans notre département la quasi-totalité des parlementaires, députés et sénateurs, n’a même pas daigné répondre aux courriers que nous leur avions transmis.

Et il y a pire, toujours pire. La Cour des Comptes vient de recommander au gouvernement de revoir les conditions d’attribution des pensions de réversion.  Cela concerne 4 millions de retraités. La Cour des Comptes propose que la pension de réversion ne soit versée qu’à partir de 62 ans et pour les seuls retraités ayant une pension inférieure à 1500 euros (exactement 1676 euros brut mensuel). Et, cerise sur le gâteau peut-on dire,  en proportion de la durée du mariage ! Tout ça bien sûr pour faire des économies et « sauver les retraites ».

La méthode est la même que pour la loi El Khomri  où chaque jour la télé nous explique que les salariés qui se tournent vers les Prud’hommes pour faire reconnaitre leurs droits bafoués, et bien ce seraient eux , pas les patrons bien sûr, qui mettent en péril l’entreprise et c’est pour cela qu’il faut limiter les indemnités.

Chers amis et camarades, 

Toutes ces réformes n’ont qu’un seul but, diminuer les pensions, diminuer les prestations sociales, diminuer les salaires pour augmenter les dividendes des actionnaires.

Lessivées par le chômage et les exonérations de cotisations patronales, les caisses sociales sont dans le rouge quand les profits patronaux, gonflés par les milliards du Pacte de responsabilité et du CICE, explosent. La moyenne des retraites est toujours inférieure à 1300 euros, moins de 900 euros pour les femmes. Et ce serait encore trop ?

N’est-il pas temps, chers camarades, de tout faire pour mettre en échec cette politique et le gouvernement qui la conduit ?
C’est pour cela que les organisations de retraités CGT, FO, CFTC, FSU, FGR-Fp et Solidaires, sont aujourd’hui mobilisées dans tout le pays. Avec vous.

Mais c’est aussi pour cela qu’il nous faudra, qu’il vous faudra, être présents dans les jours et semaines qui viennent, et notamment le 31 mars prochain, avec les jeunes et avec nos collègues actifs pour contraindre le gouvernement à retirer sa fameuse loi travail, pour imposer à M. Valls, Hollande et Gattaz une défaite sociale.

L’espoir est à ce prix. Toute notre vie nous avons débrayé, manifesté, toute notre vie nous sommes battus pour plus de justice, pour de meilleures conditions de travail, pour le droit à une retraite digne.
Alors oui, continuons de refuser les reculs sociaux à la chaine qu’ils veulent nous imposer.

Nous ne cèderons pas, nous ne cèderons rien ».

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire