vendredi 27 mai 2016

Communiqué de L'union syndicale Solidaires de Loire Atlantique

     " L'union syndicale Solidaires de Loire-Atlantique dénonce l'interdiction de manifester dans le centre-ville de Nantes ( pour la 2ème fois après celle du jeudi 19 mai. Ces interdictions, qui commencent à faire système, sont une réelle et très grave atteinte à un droit démocratique essentiel, garanti par la Constitution : celui de manifester!

     La manifestation qui a réuni plus de 3000 personnes a bravé cette interdiction, et a réussi à se dérouler pendant 1h30, comme le jeudi 19 mai. A nouveau, les forces de l'ordre ont bloqué tous les accès menant au Centre Ville de Nantes, obligeant la manifestation à se diriger vers l'île de Nantes, sans la moindre possibilité de se dégager de la nasse mise en place par le Préfet. La manifestation, une nouvelle fois, a été fortement réprimée à grands renforts de gaz lacrymogènes, de tirs de Lanceurs de balles de défense ( LBD), de grenades de désencerclement, faisant de nombreux blessés qui ne pouvaient être soignés sur place, ainsi que de nombreuses interpellations particulièrement musclées.



     L'union syndicale Solidaires de Loire-Atlantique dénonce la répression du mouvement, qu'elle soit judiciaire et policière, qui nous empêchent de manifester, nous arrêtent, nous blessent, divisent nos cortèges...ainsi que les atteintes répétées au droit de grève du gouvernement qui envoie les forces de l'ordre déloger les grévistes des raffineries, lever à coups de matraques les blocages des dépôts de carburant, comme à la raffinerie de Donges ce matin !

     A l'union syndicale Solidaires, nous appelons les syndicalistes , grévistes, salarié-es, précaires,privé-es d'emploi jeunes, étudiant-es, lycéens et collégiens, à réinvestir le centre ville de Nantes lors des prochaines manifestations. Nous ne céderons pas face à cette répression aveugle qui s'abat sur le mouvement social, en tentant de le criminaliser, en voulant dresser l'opinion publique contre les grévistes et les "bloqueurs ", tentative qui fait chou blanc puisque 61% des Français jugent le gouvernement responsable du durcissement de la contestation sociale, et donc des blocages.

     Nous regrettons,d'autant que  l'organisation Solidaires était présente dans les 2 rassemblements, comme nous l'avons dit publiquement, lors du meeting-manifestation  intersyndical à la Haluchère  qui a réuni également plus de 3000 personnes,qu'il y ait eu 2 manifestations hier , divisant le mouvement alors que l'unité est un levier essentiel pour gagner!

     La manifestation "autorisée, à la Haluchère, à l'appel de l'intersyndicale que Solidaires  par souci de préservation de ce cadre unitaire, a décidé, malgré ses différences, de ne pas rompre,bien que dynamique sur la fin du parcours avec le blocage de la route de Paris et du périphérique, a montré les limites du déplacement dans les zones industrielles; les 3000 manifestant-es ont traversé des rues quasi désertes. En acceptant les oukazes de la Préfecture, l'intersyndicale a éloigné la manifestation du coeur des zones à défendre, celles des jeunes, celles des révolté-es légitimes, celles de l'audience populaire.

    Halte à la division. tous ensemble, nous pouvons, nous devons gagner! Nous ne lâcherons riens, jusqu'au bout, dans les grèves et dans la rue, jusqu'au retrait total de la loi Travail!"

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire